Cannes : sur les Plages Électroniques, « y'a du monde ! »

Affluence record et ambiance de folie ont accompagné cette première soirée.

Crédits:
textes par

Jean-Louis Aubert avait-il déjà prévu dans sa chanson « Les plages » le sort de la manifestation cannoise ? C’est en effet 10 520 personnes qui ont assisté à la première soirée, le 6 juillet, sur le sable de La Croisette. Pourtant, cela avait mal commencé. Alors que l’ouverture des barrières était prévue à 18h30, les plagistes nocturnes n’ont pu fouler le sable qu’à 19h30. Pendant cette heure d’attente, là où n’importe quel public aurait fait retentir son mécontentement, les noctambules des Plages Électroniques avaient déjà le cœur à la fête dès la queue en dansant et ce, alors que le DJ cannois Slipmuzik était aux platines derrière la Palais. Quand il s’agit de faire la noce, les électro plagistes se défoulent de pied en cap. À l’origine de ce retard, une volonté de la part des organisateurs de « remplir les meilleures conditions de sécurité ». Avec plus de 9 000 personnes prévues, selon les réseaux sociaux, il fallait en effet prendre toutes les précautions possibles. Cependant celui qui posait les pieds sur le sable promis contemplait, à 19h30, un triste tableau : l’avant scène de DJ quasi déserte. Tristesse et étonnement partagés par les bénévoles attendant de prendre leur place de serveur ou de questionner les premiers privilégiés des lieux. Simple effet d’optique, car les sondages de satisfaction remplis croissaient à la vitesse de l’éclair.

Lire l'article

Antibes : Les soirées des Nuits Carrées… parfaites !

La 5ème édition des concerts en contrebas du fort Vauban était une bonne façon de commencer l’été.

Crédits:
textes par

Le Festival Solidays célébrait ses 12 ans d’existence à l’hippodrome de Longchamp alors que Jean Leonetti, maire d’Antibes était promu ministre des Affaires européennes suite à l’arrivée de Christine Lagarde au FMI. La cité fortifiée antiboise se faisait belle pour célébrer les 5 ans des Nuits Carrées. Depuis 2007, 150 artistes et 12 000 spectateurs ont frétillé dans l’amphithéâtre du Fort Carré avec une programmation élitiste et diversifiée ; l’édition 2011 n’y a pas fait exception.

Lire l'article

Nice : le Mamac accueille une exposition… haute en couleurs !

L’exposition « La couleur en avant » fait les belles heures au Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain niçois.

Crédits:
textes par

Bien avant les podiums et le lancement des collections automne-hiver 2011- 2012, les faiseuses de tendance et les journaux féminins l’avaient déjà décrété : la couleur de l’été serait le corail. L’art contemporain est parfois didactique et autoritaire sur ce thème. L’affaire du Baiser rouge sur une toile du feu peintre, Cy Twombly a certes ému le milieu artistique. À Nice, le Musée d’Art Moderne et Contemporain est plus ouvert sur la question en exposant « La couleur en avant » avec une palette d’artistes divers autant historiquement que géographiquement. Avoir un panorama des peintres résidants ou originaires de la Côte d’Azur du XXème et début XXIème siècles ayant illustré la région, tel était l’enjeu du musée et de son conservateur Gilbert Perlein.

Lire l'article

Nice : « Chambre cinquante sept » fait la déco...

Au centre du quartier des Antiquaires, un univers qui sort des chemins battus. Toute une mise en scène !

Crédits:
autre

Quand un agent d'artistes et de musiciens décide de se reconvertir, il a forcément le sens de la mise en scène. Philippe Chapon, passionné de décoration, a déjà réussi son pari à Metz, mais c'est à Nice, sa ville de cœur, qu'il ouvre sa deuxième boutique, en collaboration avec Catherine Montini.

Dans un écrin couleur chanvre, du mobilier…

Lire l'article