Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Nice : Stop au gaspillage

alimentaire !

Une opération menée par la Jeune Chambre Economique avec le concours des « Toques brûlées »...



- produits... périssables -

Dimanche 1er juin, à , cours Saleya à Nice, la JCE créera une sorte de happening sur le thème du gaspillage alimentaire. Les chiffres sont là, les faits aussi et nous somme tous et tous les jours témoins de la gabegie résultant de notre consommation de fruits, de pain, de laitages... que ce soit lorsque nous allons au restaurant, fast ou slow food, ou dans nos propres cuisines, sans parler des dates de péremption.

Associée à des partenaires de renom, les chefs des Toques Brûlées menés par David Faure, la Jeune Chambre Economique de Nice Cote d’Azur organisera un show culinaire & dégustation, un peu particulier. Cet événement sera public et ouvert à tous. Ce sont des produits abîmés et défraîchies à qui les Toques Brûlées redonneront vie. Installés cours Saleya sur la Place Pierre Gautier - le Carré des Producteurs - les Chefs, assistés de leur personnel, mettront leur talent au service de ces matières premières rejetées pour réaliser des mets délicieux. Le public aura ainsi l’occasion de déguster des recettes originales et disons, peu chères... Chacun pourra également repartir avec ces secrets de cuisiniers. Le but est de démonter qu’il est possible de limiter le gâchis alimentaire.

Des étudiants en restauration pourront intervenir dans le cadre d’un stage et accompagner les cuisiniers à l’élaboration des plats tandis sue des volontaires de la JCE, sensibiliseront les passants et les spectateurs sur le sujet, notamment en distribuant des flyers.

Cette action, qui s’inscrit directement dans la prise de conscience européenne concernant la lutte nécessaire contre le gaspillage alimentaire, bénéficie du soutien de la Chambre d’Agriculture, de la Ville de Nice et du siège régional Banque Populaire Côte d’Azur.

En filigrane, cette opération pose la problématique de la pratique dans la restauration des doggy-bag, qui, chez nous peine à entrer dans les mœurs. Autre sujet sensible, les normes européennes qui ne laissent aucune chance aux produits n’entrant pas dans les clous et qui n’atteignent jamais les étals des grandes et moyennes surfaces. Quant au malaise que peut représenter le gaspillage alimentaire alors qu’une partie du monde souffre de malnutrition et de faim, il ne peut laisser personne insensible.