Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Juan-les-Pins : un lauréat du prix Scott Fitzgerald

à la hauteur de l’évènement...

Crédits:
textes par

Ambiance très Est-Coast et très people à l’Hôtel Belles Rives.

La deuxième édition du prix littéraire créé par Marianne Estène-Chauvin a tenu ses promesses. Il y avait le gratin sur les terrasses de cet hôtel du Cap d’Antibes qui avait eu comme hôte privilégié, la bouillonnante famille Fitzgerald, Scott, Zelda et leur fille Scottie, dans les années vingt. 

- réunion de famille, photo Solène Lanza -

Que du beau monde descendu de Paris, de New-York et Boston. Les membres du jury bien sûr avec Adélaïde de Clermont Tonnerre, radieuse, Daphné de Caunes, très classe, Marie Dominique Lelièvre, très élégante et les zômmes, Bertrand de Saint Vincent, François Armanet, Éric Neuhoff, Christophe Ono di Biot, Frédéric Beigbeder, assumant sa légende de dandy qui lui va comme un gant.

Après plusieurs réunions et une sélection finale, le jury avait retenu les ouvrages de Martin Amis, La veuve enceinte, d'Amor Towles, Les règles du jeu, de Régis Franc, London prisoner, de Robert Littell, Philby et d'Anne Wiazensky, Une année studieuse. Lors de la dernière délibération le vote, à bulletins secrets, désigna à la quasi-unanimité le livre d’Amor Towles. L’auteur était là, s’exprimant dans un américain très agréable. Il fit preuve de chaleur, de modestie et d’humour en recevant son Trophée, une céramique unique réalisée par Claude Aïello dans son atelier de Vallauris.

Véritable phénomène d’édition aux États-Unis ce premier roman d’Amor Towles, Les Règles du Jeu, est un vibrant hommage au New York flamboyant de la fin des années 30, où les hommes avaient la mélancolie des héros de Fitzgerald et les femmes l’esprit des héroïnes de George Cukor. Descendant d’une des grandes familles wasp du Mayflower, diplômé de Yale University, Amor Toyles a fait une brillante carrière dans la finance. 

- Amor Toyles -

Sur un thème éculé – les illusions perdues – l’auteur déroule avec talent sa propre vision d’un monde impitoyable. Qui s’y frotte s’y pique :

 « Dactylo dans un grand cabinet juridique de Wall Street, Kate Kontent dissimule soigneusement ses origines. Dotée d’une intelligence mordante, de nerfs d’acier et d’une ambition dévorante, cette fille d’immigrés russes de Brooklyn s’est fixé comme objectif de rejoindre un jour les cercles dorés de Manhattan. Et l’aristocratique et séduisant banquier Tinker Grey, rencontré un soir de réveillon va indirectement lui en ouvrir les portes avant de disparaître. Plus tard, le hasard remettra Tinker sur le chemin d’une Katey qui n’ignore alors plus rien des impitoyables règles du jeu. »

  • Les Règles du Jeu – Roman - éditions Albin Michel – 512 pages – 23 €