Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Juan les Pins : le Prix Fitzgerald

fait coup double...

Crédits:

Pour sa 3ème édition, le prix littéraire « Fitzgerald » innove en récompensant un second lauréat avec la création d’un prix « Gastby ».

Le Prix Fitzgerald, seulement le 3ème du nom, fait déjà parti du paysage littéraire. Il faut dire que tout a été fait pour lui donner la crédibilité nécessaire. Le choix du lieu d’abord, l’Hôtel Belles-Rives, dont l’histoire est intimement liée à la venue dans les années 20 de Scott et Zelda Fitzgerald à Juan les pins et à la légende qui s’est créée autour de ces personnage et de leur famille. Aussi la grande cohérence avec les éléments à prendre en compte dans l’attribution du prix : le roman couronné ou la nouvelle qui reflétera l’élégance, l’esprit, le goût du style et l’art de vivre de l’écrivain américain, figure de proue de la « génération perdue ». Quant à la composition du jury elle ne laisse planer aucun doute sur sa compétence à mesurer la valeur d’un écrit.



Ce dernier vendredi, la propriétaire des Belles-Rives et initiatrice de ce prix littéraire, Marianne Estene Chauvin, présentait à une assemblée représentative de cet esprit chic et désinvolte qui caractérisait pour une certaine classe sociale les années 20, les membres du jury. Avec cette année une surprise. Celui-ci avait en effet décidé de décerner un deuxième prix exceptionnel « le prix Gatsby ». Il fut remis à Thadé Klossowski de Rola pour le roman Vie Rêvée tandis que Jeffrey Eugenides recevait « le prix Fitzerald » pour son ouvrage Le Roman du Mariage. Prix matérialisé par une sculpture de l’artiste Claude Aïello et un chèque de 5000 €...

Nous ne résistons pas à donner la parole au président du jury, Bertrand de Saint Vincent, dont le ton décalé fait toujours mouche :

"Il y a quelques jours, au Festival de Cannes, arpentant la Croisette, j’ai rencontré Scott Fitzgerald. On ne pouvait pas le manquer. Il était partout. Il titubait légèrement. J’ai pensé qu’il était ivre.
- Hey, Scottie, lui ai-je dit, on a bu un verre de trop ?
Mais il était parfaitement lucide.
- Non, m’a-t-il rétorqué, mais je viens de voir ce film qu’on appelle The great Gatsby.
Il avait l’air bouleversé. En voyant son état, j’ai ouvert mon sac et j’ai sorti un livre que je lui ai tendu. C’était Le roman du mariage.
- Tenez, lisez ça, ça ira mieux après.
Il l’a pris, l’a soupesé.
- Eh, c’est lourd !
- Oh, pas plus que le mariage ! ai-je répondu.
Puis j’ai cherché à nouveau dans mon sac et je lui ai tendu un autre livre, à la jolie couverture bleue pâle, comme le ciel de la Côte d’Azur.
- Tenez, prenez ça aussi.
Ça s’appelait Vie rêvée. Il l’a regardé, l’a feuilleté.
- Eh, ça a l’air léger !
- Oh, pas plus que la plupart de vos personnages !
C’est ainsi que cette année, sous la triple influence de l’alcool, de l’enthousiasme et de la Gatsbymania, le jury, réuni à l’hôtel Belles Rives, a décerné deux prix...
"


- en première ligne, Claude Aïello, Marianne Estene Chauvin, Jeffrey Eugenides et Thadé Klossowski de Rola -

La cérémonie s’est prolongée par un élégant cocktail sur la terrasse de l’Hôtel Belles Rives dominant la mer avec l’aimable participation des champagnes Roederer, des vins Ott et d’un... complaisant soleil couchant.