Une cannoise à l’honneur…

Crédits:
textes par
Catégorie Pays de Lérins

Catherine Guillouard a reçu cette année la Légion d’honneur des mains de la Ministre du transport, Élisabeth Borne qu’elle avait remplacé à la tête de la RATP.



 - Catherine Guillouard et Elisabeth Borne -


Catherine Guillouard avait été remarquée par Emmanuel Macron alors qu’il était, sous la présidence de Hollande, Ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique. Ministre qui avait pris la bonne habitude d’organiser régulièrement des déjeuners de travail à son ministère. Y étaient invités des responsables d’entreprises privées de premier plan. Chacun était libre de s’exprimer et obéissait à la consigne implicite :dites-moi ce qui ne va pas et ce qu’on pourrait faire pour améliorer la situation. Un lien s’était alors créé et, le désormais Président de République, avait encouragé Catherine Guillouard à prendre des fonctions dans le service public.


Il fallut que cette dernière soit professionnellement libre de ses mouvements et qu’Elizabeth Borne soit promue ministre des transports pour que le projet se réalise. Elle devait ainsi prendre la tête en juillet 2017 de la RATP, la Régie autonome des transports parisiens, cet établissement public à caractère industriel et commercial de l’État. Une véritable pieuvre qui ne se contente plus d'assurer l’exploitation de la majeure partie des transports en commun de Paris et de sa banlieue, soit la bagatelle de véhiculer bon an, mal an, quelques 3 milliards de passagers (métro, RER, tramway et bus)…


En effet, cette grande dame créée en 1948, s’est développée depuis 2000, en France et à l'étranger dans les marchés de l'exploitation de réseaux et de l'ingénierie en transport. C’est actuellement le cinquième acteur mondial du transport public avec un CA de plus de 5 milliards € et la gestion d’environ 58 000 personnes dans le monde. Grâce à ses filiales, la RATP est présente à Londres, en Afrique du Sud, à Alger, Casablanca, aussi bien qu’en Chine, à Florence ou Doha…


Catherine Guillouard prend le train en marche car il n’est pas question d’en ralentir son développement lié à sa capacité d’innover. Ainsi la RATP se positionne sur des projets comme les navettes autonomes ou conduite autonome de bus. Elle est également partenaire d'Airbus pour un projet de transport en commun aérien qui pourrait être testé en 2024 entre Roissy et un site olympique avec un objectif de coût de 2 euros du kilomètre… A diriger, une telle entité  nécessite beaucoup de sang froid et une aptitude à négocier et à convaincre, que se soient ses clients, son personnel et les syndicats. Catherine a été réinstallée en juin dernier, à cette prestigieuse et délicate présidence avec l’appui d’Emmanuel Macron qui l’a vu à l’œuvre.


Cerise sur le gâteau, cette Légion d’honneur qui lui fut remise en mars dernier par celle qu’elle remplaçait à la RATP, Élisabeth Borne devenue entre temps ministre de la Transition écologique et solidaire, en remplacement de François de Rugy démissionnaire.