Mougins. L’étoile de Xavier Burelle…

Crédits:
Catégorie Pays de Lérins

Les étoiles Michelin se font rares en Pays de Lérins. Ce qui les rend plus précieuses encore.



- Xavier Burelle -


Même si, et c’est heureux, les récompenses décernées par le Guide rouge ne sont pas l’alpha et l’oméga de la cuisine française, elles sont un point de repère pour une clientèle à la recherche de l’excellence. Pour l’obtenir, cela représente un véritable défi pour les restaurateurs qui veulent accrocher une étoile à leur adresse. En effet, les contraintes sont importantes et le moindre faux pas, constaté au hasard des visites des inspecteurs Michelin ou signalé par les clients, peut être rédhibitoire. Il faut donc de la constance, outre un cahier des charges virtuel où tout est passé en revu, accueil, art de la table, sommellerie, carte, menus, produits, fraîcheur, présentation, goût, originalité...

A Mougins ils ne sont plus que deux à pouvoir afficher l’étoile, tandis qu’à Cannes seul Christian Sinicropi en possède… deux. Après le départ de David Chauvac, Xavier Burelle avait pris le relais et l’étoile attribuée à son prédécesseur. Cette fois, c’est à lui et à lui seul qu’elle revient. Elle vient récompenser son travail et celui de son équipe, notamment de son chef pâtissier Olivier Roth ainsi que le soutien de sa direction qui lui a donné les moyens de son ambition et le feu vert pour mettre toute son énergie dans la perspective de garder l’étoile. Une étoile obtenue pour la première fois en 2005 par Serge Gouloumès et conservée sans interruption depuis. On peut imaginer ainsi la pression qui a pesé sur les épaules de Xavier Burelle ses derniers mois…

Ses amis et sa direction étaient venus hier à la remise de son étoile Michelin. Il était entouré aussi du maire de Mougins, Richard Galy, du DG du Mas Candille, Giuseppe Cosmaï, de Ludovic Venitucci, directeur de Métro Cannes. Un événement bien sympathique soutenu par les champagnes de la maison Philipponnat et les vins du Domaine de Gavaisson.