Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Serge Gouloumès, ambassadeur de la gastronomie

française et internationale.

Crédits:
textes par

Serge aura de ses 13 ans passés au Mas Candille, marqué les esprits autant que les palais. Étoilé Michelin en 2005, auteur d’un livre référence, « D’Esquisses en Délices », il a participé à toutes les précédentes éditions du festival mouginois et en fut un acteur des plus présents sur le... tarmac. Pour cette dernière édition, il participa à une démonstration en compagnie de Sébastien Chambru, autre habitué du lieu.



- Serge Gouloumès -

Parti cette année à l’aventure, Serge Gouloumès ne manque pas de projets. Ambassadeur de la gastronomie française, il devrait prochainement diriger ses pas vers la Chine pour représenter Mougins et la Côte d’Azur. Puis vers le Japon pour un sixième ou septième voyage, on ne compte pas quand on aime, missionné par des investisseurs pour réaliser plusieurs repas de prestige.

Interrogé sur le thème « et si l’on commençait par le dessert », Serge se fait fort de jouer avec des plats ou l’acidité des agrumes, les fruits ou les sorbets, feraient parler le sucre. D’une façon plus générale, il est de ces chefs qui ont compris tout l’intérêt de chercher à incorporer dans son équipe la perle rare, un pâtissier qui sublimerait son propre travail par un final en apothéose. À la clef, un songe étoilé... qui devient parfois réalité.

- Des pistes pour la 10ème édition ?

- Si j’osais, je plancherais sur les Cuisines du monde. La gastronomie a voyagé et chaque continent a apporté ses recettes et sa sensibilité papillaire. Nul cuisinier ne peut plus faire l’impasse, les grands chefs encore moins. Et puis, il y a la nouvelle donne, le bio, le sans gluten, la valorisation des produits de proximité avec, en pointillé, l’origine, la traçabilité, les goûts oubliés. Il ne faut pas craindre de repenser sans cesse la cuisine.

- Et comme parrain pour le futur dixième anniversaire des Etoiles de Mougins ?

- Pourquoi pas Alain Ducasse, actuel maître absolu du genre ? Il faut rêver !