Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

La tradition de brûler des voitures à la Saint Sylvestre

serait-elle sur le déclin ?

Crédits:
textes par

Pour la préfecture des Alpes-Maritimes, il ne fait aucun doute que cette assez récente tradition... républicaine, n’a pas obtenu tout le succès qu’on pouvait escompter.


- Bonne année, bonne santé, bonne République !

Plus sérieusement, s’il faut se féliciter d’une relative baisse des actes d’incivilités recensées en France, on peut s’interroger sur cette façon de fêter le Nouvel An ? Faut-il minimiser ce phénomène de société : il s’entend, d’un certain type de société et d’individus qui la compose ?

La préfecture a, elle, fait son choix en titrant son communiqué adressé aux médias : « Une Saint Sylvestre globalement paisible dans les Alpes-Maritimes - ainsi, précise-t-elle - les festivités de la nuit du nouvel an se sont déroulées le plus généralement dans le calme, à l'exception de quelques foyers d'incivilités géographiquement limités. Ceci grâce au dispositif particulier qui avait été mis en place à cette occasion, notamment par les forces de la gendarmerie nationale et de la police nationale (y compris police des frontière et brigade ferroviaire), en étroite coopération avec les polices municipales. »

À cela il faut ajouter la mobilisation des sapeurs-pompiers, prêts à intervenir, éventuellement sous la protection de la police. Environ 2 000 véhicules furent contrôlés sur 17 points différents et l’on peut se féliciter qu’aucun accident mortel n'ait endeuillé la nuit du 31 décembre. Quelques incidents sont néanmoins à déplorer, quantitativement du même ordre que lors des... festivités de l'année dernière : 39 véhicules légers ont été incendiés, la plupart ans la zone de sécurité prioritaire. Par ailleurs, 6 interpellations ont été réalisées dont 5 ont donné lieu à gardes à vue. Le quotidien Nice-Matin remarquait que l’année dernière, 26 véhicules avaient été détruits, pointant du doigt une hausse très sensible dans le 06.

Les anciens se plaisent à rappeler une époque où les voitures ne s’embrasaient avec autant de facilité. Mais ça, c’était avant, disent-ils avec de la nostalgie dans la voix, souvent de la colère. Tout ça a un prix, prix social, prétexte à augmentation des... polices d’assurance, accentuation d’un climat délétère parmi la population. Tous ces fonctionnaires mobilisés coûtent aussi très cher au contribuable lambda qui préférerait sans doute que ses impôts soient utilisés à d’autres fins, comme entretenir des routes, construire des piscines...

Au niveau national, il y a eu (chiffre officiel) 1 067 véhicules brûlés, un chiffre en diminution de 10,6% par rapport à 2013, se félicitait Manuel Valls, notant quand même que cinq policiers et gendarmes avaient été blessés, trois personnes tuées à coups de couteau (la Kalachnikov serait-elle passée de mode), avouant au passage que le gros de ces brûlantes incivilités s’était déroulé en Seine-Saint-Denis...

Laissons le mot de la fin à une habituée des réseaux sociaux qui s’amusait ce matin à calculer le nombre réel des voitures brûlées : « Si je regarde comment compte le gouvernement UMPS, je peux multiplier par 3. Donc environ 3400 selon les organisateurs ! » CQFD...