Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Politique : Paul Graziani

a quitté la scène...

Crédits:
textes par

Âgé de 87 ans, il a été enterré à la fin du mois dernier à Ajaccio dans la discrétion. Discret donc dans la mort comme il le fut dans la vie... politique comprise. Pourtant il cumula les fonctions de maire de Boulogne-Billancourt, de député, de sénateur. Mais sans doute sa fonction la plus importante fut celle de président du Conseil général des Hauts de Seine, un département considéré à juste titre comme un faiseur de personnalités politiques de premier plan, Charles Pasqua, Nicolas Sarkozy, Patrick Devedjian, Roger Karoutchi, André Santini, Georges Gorse, étant parmi ceux-là...

- Paul Graziani à Cannes -

Personnage attachant, détenteur de nombreux secrets qu’il vient d’emporter dans la tombe, Paul Graziani cultivait la discrétion depuis qu’il avait quitté les affaires. Il partageait son temps entre la Corse où il avait une résidence familiale et Cannes où il séjournait près du Marché Forville. Toujours passionné par la vie publique, il suivait l’actualité à temps complet. Nicolas Sarkozy l’avait d’ailleurs fait venir à Paris pour le consulter à propos du dossier Corse à la veille d’organiser son référendum sur la réforme du statut de l’île. À Cannes, il avait recommandé un ancien collaborateur, David Lisnard, à Bernard Brochand. Il lui avait aussi conseillé de prendre comme secrétaire générale, Michèle Montiès, mais la mayonnaise n’avait cette fois pas prise...

La liste de ses fonctions est, on l’a vu, assez impressionnante. Il faut y ajouter l'Institut de la décentralisation qu'il avait créé. On peut compléter cet inventaire en évoquant son passage en Afrique où il fut le chef de cabinet de Léopold Sédar Senghor, puis de Georges Gorse et de Chaban-Delmas, avant de travailler pour Bernard Cornut-Gentille, alors ministre de la France d'outre-mer. Il accompagna d’ailleurs celui-ci au Ministère des PTT puis l’aida à conquérir la mairie cannoise et la députation. Bien qu’en retrait de la vie politique, il s’impliqua lors de la première campagne municipale de Bernard Brochand. Discret aussi sur les reconnaissances honorifiques accordées aux grands serviteurs de l’État, comme cette Légion d’honneur dont il fut promu Commandeur, au titre de la Présidence de la République, sur le contingent personnel du Président Jacques Chirac.

En apprenant la disparition de celui qu’ils appelaient affectueusement « PG », plusieurs élus de Boulogne-Billancourt ont pris l’initiative de demander une messe en sa mémoire et en celle de Danièle Mathieu, décédée à Cannes deux mois avant, avec qui il avait partagé de nombreuses années de complicité. La messe aura lieu dimanche matin. Nous, qui avons eu la chance de côtoyer cet homme simple et chaleureux qui nous fit l'honneur de partager quelques confidences sur les... us et coutumes de la Vème République, nous nous joindrons par la pensée à cet hommage.