Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Cannes : la pêche en soirée,

trop prés du bord pour les poissons et les... nageurs.

Crédits:
textes par

Les pêcheurs professionnels de Cannes se plaignaient ces jours-ci, à juste raison nous semble-t-il, des dégâts causés par les prélèvements de sable en mer, à seulement quelques encablures du littoral. Prélèvements destinés certes à réensabler les plages de la Bocca mais qui abiment dans l’opération le milieu naturel, mettant à mal les quelques posidonies qui restent et troublant la nidification des poissons. Quant aux nageurs munis d’un masque, ils ne peuvent que constater l’entassement des déchets solides dans les poches ainsi créées (bouteilles en plastique...).

Mais, cela ne gêne pas certains pêcheurs pour poser en début de soirée leurs filets, à l’intérieur de la bande des 300 mètres délimitée par des bouées. En s’aidant du moteur de recherche Google Map, nous avons pour notre part la conviction que cette bande est le plus souvent en deçà de cette prescription. Une sous-estimation qui est toute à l’avantage des scooters de mer et des bateaux à moteurs qui, plus souvent qu’à leur tour, naviguent plein gaz au plus prés de ces limites.

- photo Antho40 -

Cette photo prise boulevard du Midi, le 15 mai, à 19 heures, au niveau de la cabine 34, pas très loin de Thales, confirme cette habitude prise. Ici, le bateau est à 50 mètres du bord de la plage... Des nageurs cannois qui pour des raisons de commodité (parking, espace...) fréquentent cette partie du rivage plutôt que les plages de la Croisette, s’étonnent à chaque fois de cette situation qui les met en danger car le pêcheur est le plus souvent seul, pressé de poser ses filets et de repartir vite fait bien fait.

Cette zone est située bien loin de celle réservée aux Palaces étoilés et à leur clientèle huppée qui compte, soit dit en passant, davantage de barboteurs que de nageurs. Elle compte beaucoup de plages publiques, par vocation populaires, ce n'est pas une raison suffisante pour laisser faire n’importe quoi (voir notre article sur les traces laissées lors de certains festins nocturnes par exemple).