Cannes. BBN : retour vers le futur…

Catégorie Pays de Lérins

Nice-Matin mentionnait dans un clin d’œil, le 7 juin 2011, l’existence des Bè-Baies Nageurs. L’occasion de rappeler l’historique de ce groupe qui s’est étoffé depuis, avec des départs aussi. Tout a commencé avec un trio composé des frères Yannick et Christophe (Tico), accompagné par leur ami d’enfance Antony. Il furent bientôt rejoint par Laure et Olivier (Olive).

L'image du Jour

Cannes-Mandelieu à la nage : le défi qui rassemble !

Quelques nageurs amateurs se sont lancé un défi, celui de rejoindre à la nage Cannes et Mandelieu, les des communes qui, de leur aveu même, « ont tant de mal à s'entendre…»
Réunis de façon tout à fait informelle, sous la bannière des « Bé-Baie Nageurs », ils se sont entraînés tout l'hiver à la piscine Pierre de Coubertin à Cannes et les plus courageux, protégés dans leurs combinaisons de ninjas de la mer, se sont donné rendez-vous tous les dimanches pour un calop d'entraînement complémentaire, au niveau de la guérite de l'Entorse, située approximativement entre Cannes et Mandelieu-La Napoule.
Tôt ce dernier dimanche matin, aidés par un temps et des vents favorables, ils eurent tous la satisfaction de réussir leur pari, reliant la plage publique face au Radisson Blu, ex White Palm Sofitel, à celle du Sweet à la Napoule, soit environ 6 km en deux heures. Pas plus éprouvés que ça, ils réfléchissent à de nouvelles prouesses. À commencer par une participation au Défi Monté-Cristo qui aura lieu à Marseille, les 25 et 26 juin. Une épreuve très populaire dont l'épreuve reine est un parcours de 5 km autour du Château d'If. Bravo donc à Vincent, Olivier, Anthony, Alain, Yannick et Michel (de gauche à droite) pour leur exploit ! Peut-être pourraient-ils convier les maires de Cannes et Mandelieu, Bernard Brochand et Henri Leroy, à les rejoindre dans leurs prochains défis ?

— Nice Matin, 7 juin 2011 (Photo D.R.)

Tous des sportifs qui pratiquaient la course à pied, le VTT, le volley-ball, le rugby… la pétanque mais pas des nageurs de club (sauf deux), plutôt des autodidactes qui apprirent vite et c’est tout leur mérite. L’entraînement en mer et en piscine aidant, ils n’ont pas hésité à participer avec ou sans palmes à des traversées à Marseille, Nice…

C’est en 2010 que Michel (Mimi), incorpora le groupe suivi par Alain et Louise. Qui eut l’idée de formaliser cette entente sportive ? Quoi qu’il en soit, elle prit le nom de « Bè-Baie Nageurs » et se paya le luxe de faire imprimer tee-shirts et sweaters avec son logo… De fil en aiguille, de sortie en sortie, sans parler du charisme d’El Présidente et de l’exemple donné par ses boys and girls, le groupe fit des émules. Citons plus ou moins dans l’ordre : Christophe, Michel (Mimi blue), André (Dédé), Denis, Annette, Loïc, Mélanie (Mélatotoche), Jessica (Jess), Thierry, Paul (Polo), Olivier, Anne et Sara.

Chacun apporte sa dynamique et au final, tous semblent bénéficier de cette saine émulation et progressent en fonction de leur investissement et de leur intérêt. Pour certains la participation à des traversées de plus en plus longues [prochain défi, le 10 Km de Nice en septembre] est une incitation suffisante pour cumuler les kilomètres, pour d’autres, nager en groupe, améliorer sa technique font l’affaire. Se retrouver dimanche après dimanche, plage du Midi, cabane 34, hiver comme été, est en soi très motivant. Les séances dans la piscine découverte du Grand Bleu à Cannes La Bocca, permettent de retrouver ceux qui font l’impasse sur les mois les plus froids (la mer baissant progressivement jusqu’à 12°) tout en bénéficiant du confort d’une eau à 28°.

En 2011, Mimi et Alain furent les premiers à mettre sur le calendrier de fin de saison le tour de l’île Saint Honorat à la nage (3,8 km). D’autres firent le tour du Cap d’Antibes (plus ou moins 6 km) et, suite à une interdiction de nager à Cannes pour cause de pollution, changèrent le lieu traditionnel de rencontre pour la plage de la Figarettette à Théoule-sur-mer durant l’hiver 2016/17. Mine de rien, ce petit groupe composé de Cannois, Boccassiens, Rochevilois, Mandelociens, Pégommassois, Grassois… ont pris une dimension internationale avec la présence d’une suédo-italienne, de deux Québeçoises et d’un Italien… de cœur.

Jusqu’où le groupe grandira-t-il ? Ce n’est pas un objectif en soi. L’idée s’est bien d’être un groupe de copains, de progresser sans se prendre trop la tête, de profiter de l’effet de groupe. Néanmoins, vaut mieux être adoubé par le Comité des Sages pour en faire partie…