Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Syndics : en attendant les réformes,

des augmentations de tarifs sont à prévoir...

Crédits:
textes par
Catégorie Pieds dans le plat

Voilà une profession qui a, jusqu’à présent, surfé sur la vague de l’imprécision et du flou des textes pour son plus grand... bénéfice, constituant ainsi une véritable rente de situation. On constate beaucoup d’insatisfaction de la part de nombreux copropriétaires qui se plaignent du manque de services et de leur lenteur. Quand aux Conseils syndicaux, ils ont trop souvent des rapports... tendus avec leur partenaire. De son côté l’État cherche à démêler l’écheveau... notamment avec une nouvelle loi.


- Julien Savelli -

À ce propos, la FNAIM du Var anticipe une envolée des tarifs induite selon son président, Julien Savelli, par certaines dispositions de la récente loi Alur, tout en relativisant la charge supplémentaire des syndics : « La seule augmentation prévue est celle des tâches imposées aux syndics par la loi Alur du 24 mars 2014 : immatriculation des copropriétés, compte séparé, compte provisionnel de travaux, documents à délivrer pour les promesses de vente, etc… » Le président en profite pour rappeler que les syndics n’ont pas le droit d’augmenter unilatéralement leurs honoraires, ceux-ci faisant l’objet d’un contrat soumis au vote des copropriétaires en AG. La loi nouvelle devrait aussi permettre de renforcer les possibilités, pour les copropriétaires de mettre en concurrence les syndics, préalablement au choix de l’un d’entre eux.

Les journalistes de la rubrique immobilier de l’Express vont plus loin encore et prédisent que les mesures contenues dans la loi Alur devraient amener les syndics à augmenter leurs tarifs jusqu'à 20%. Selon l'ARC (l'Association des Responsables de Copropriété), les syndics, dans l’attente des décrets d’application de la loi, cherchent à en anticiper les conséquences. Ils prévoient une augmentation (toute relative) de leurs charges de travail et surtout la limitation de certaines prestations qui ne pourront plus être facturées, d’où un possible manque à gagner. Ainsi, si cette réforme devrait bénéficier aux copropriétaires, dans un premier temps, elle risque bien d’entrainer une augmentation des charges pour chacun d’entre eux...