Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Nice-Matin : Jean Icart

n’est pas tout seul...

Crédits:
textes par

Jean Icart va lâcher ses fonctions de conseiller d’opposition à la mairie de Nice et de conseiller général des Alpes-Maritimes pour prendre la direction du quotidien régional Nice-Matin. Exit aussi de ses ambitions de devenir maire de la capitale azuréenne. Mais, il ne lâche pas pour autant la proie pour l’ombre, loin de là. Patron de ce groupe, il pourrait bien prendre une revanche sur le sort... Ne l’oublions pas, la presse c’est le quatrième pouvoir tandis qu’Internet serait associé au cinquième... La presse faiseur et défaiseur de destins politiques : il doit aimer, non ?


- Jean Icart -

Il ne sera pas seul dans l’aventure. L’accompagne, à moins qu’il ne le précède, un Fonds d’investissement suisse, GXP Capital, possédant des parts importantes dans l’industrie de l’hôtellerie de luxe et la construction navale. Celui amènerait l'essentiel des présumés 20 millions à mettre sur la table. Le personnel de Nice-Matin semble soulager de cette issue mais reste attentif. Quel rôle jouera le représentant du Fonds suisse, Gilles Périn, quels sont ses projets quant au potentiel immobilier (terrain, droits à bâtir sur le parking) que représente le siège de Nice-Matin situé dans la plaine du Var, comme le soulignait très justement un article de Metro news ? Un Fonds d'investissement, c'est là pour faire des bénéficies pas du prosélytisme !

À propos d’aventure, Jean-Marie Tarragoni, journaliste à ses heures, laisse planer quelques doutes sur la fiabilité et les bonnes intentions des grands groupes suisses de genre. Il avait enquêté en 2007, sur Glencore-Xstrata, société qui avait provoqué la faillite de Métal-Europ en 2003 et laissé une friche polluée dans le Nord à la charge du contribuable français... Or, une partie de l’entreprise GXP Capital dont il est question aujourd’hui, serait installé dans le canton de Zoug, connu non pas pour ses chocolats ou ses évadés fiscaux mais pour son opacité en matière de finances internationales.

« Espérons pour Nice-Matin, comme l’écrit Jean-Marie Tarragoni, que tous les patrons du Canton de Zoug ne ressemblent pas celui de Glencore-Xstrata... et que Monsieur Gilles Périn qui a avancé 20 millions d'euros pour redresser le titre saura faire oublier ce que la corruption de dirigeants internationaux doit au canton suisse où il réside. »

Au moment de la mise en ligne de cet article, le site Internet suisse  de GXP Capital était en dérangement.

- les prises de positions et la ligne éditoriale présumées
ne seront pas forcément du goût de tous les hommes et femmes puissants de la Métropole azuréenne...