Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Quand « simplification » rime avec

« déréglementation »...

Crédits:
textes par

Les motoneiges (ski-doo) devraient être les premières bénéficiaires du projet de loi (présenté par le député PS de l’Ariège, Alain Fairé) de simplification de la vie des entreprises.



L’analyse de la Fédération Nature Environnement, soutenue par Moutain Wilderness et par Cipra (Vivre dans les Alpes), est sans appel. Si la loi qui vient d’être votée au Sénat (avec l’appui de voix de droite) entre en application, elle entraînera de fait une dérégulation au détriment de la protection de l’environnement. L’exemple donné de possibles effets collatéraux : la circulation des motoneiges dans des espaces jusque-là protégés. Avec un décalage tristement évident entre le faible nombre de pratiquants et les conséquences engendrées.

La nature bradée pour un nombre restreint, qui comme les chasseurs, se disent amoureux de la Nature, au détriment d’autres utilisateurs bien plus nombreux, à priori plus respectueux et surtout à l'encontre de la biodiversité (faune et flore), le bruit étant la première source de nuisances. L’article introduit dans le projet de loi viserait surtout à permettre le convoyage de clients vers des restaurants et hôtels d’altitude. Assez nul puisque cela constituera un manque à gagner pour les commerces des stations/villages. Les grands gagnants sont d’évidence, les marchands et les loueurs de motoneige. Il semblerait aussi que les sites de ski de fond seront ouverts à la circulation des motoneiges.

NDLR : on pourrait faire un parallèle avec les scooters des mers (jet-ski), chers, peu écologiques, bruyants, dangereux, dont il faut constamment encadrer la pratique et qui ne profite qu’à un petit nombre qui s’approprie l’espace commun.

On le sait, en ville, le bruit est une source majeure de nuisance qui affecte la santé et exaspère au point de provoquer régulièrement des drames. En montagne, les résidents comme les résidents permanents, y sont aussi sensibles. Beaucoup apprécient le calme qui est censé y régner. Les espèces sauvages aussi, fragilisées en période hivernale, ce qui avait conduit à proscrire la circulation des motoneiges à des fins de loisir dans les milieux naturels. À cela, on peut aussi se poser la question « sécurité ». Le nombre d’accidents plus ou moins graves est très significatif dans les pays qui autorisent la pratique des motoneiges. en station, il faut y ajouter celui de collision avec les dameuses et bien entendu des skieurs alpins et les skieurs de fond.

« La loi interdit depuis plus de vingt ans la pratique du tout-terrain motorisé en dehors des voies et chemins pour éviter les nuisances causées aux autres utilisateurs (agriculteurs, éleveurs, résidents, randonneurs) et protéger les espaces naturels. Des exceptions pour les usages de ravitaillement, de surveillance et de secours sont déjà légitimement prévues dans la loi. » rappelle la FNE. Une remise en cause d’une situation jusque-là satisfaisante qui ne manquera pas de... compliquer un peu plus une réglementation déjà... compliquée. Un comble ! 

NDLR : autre exemple tragique de déréglementation, celui introduit par Cécile Duflot avec sa loi Alur qui a supprimé les contraintes nécessaires et souvent judicieuses, apportées par le Plan d'Occupation des Sols ainsi que les superficies minimales jusqu'alors nécessaire pour qu'un terrain devienne constructible. Bonjour les dégâts ! On s'attend maintenant au pire avec la Loi Littoral car tous les élus sont d'accord pour l'amender ou plutôt pour, disons, l'assouplir et permettre la densification des rivages.