Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Cannes : Philippe Tabarot annonce

la couleur...

Crédits:
textes par

Pour la première conférence de presse destinée à dégager les points importants de sa campagne aux municipales de mars prochain, le candidat a mis l’accent sur la sécurité, les transports, le stationnement et la fiscalité.


- Philippe Tabarot et quelques membres de son équipe,
Jean-Louis Cier, Nathalie Garbay, Annick Lacour, Paul Simonet et Henri Céran -

La ligne droite approche et le candidat à la charge de maire, peaufine son programme avec comme slogan : « rendre Cannes à ses habitants ! » Il met aussi la sécurité en tête de gondole. Il précise même qu’élu, il fera embaucher 50 policiers municipaux supplémentaires tandis que 50 autres, affectés actuellement à des tâches administratives, seront davantage présents sur le terrain. Une vraie police de proximité, celle-là même qui avait permis à New-York de sortir de la spirale de l’insécurité. Coût de cet effort, environ un million et demi d’euros.

Cette proximité se manifestera aussi dans le dossier « stationnement », un point auquel les Cannois et ponctuellement les visiteurs, sont particulièrement sensibles, car, objectivement, la situation est devenue, au fil des années de plus en plus... compliquée. Cédant à ce qui ressemble à une mode, la municipalité a réduit drastiquement le parc de stationnement (découvert). Philippe Tabarot estime le chiffre à quelques 700 le nombre de places à récupérer. Il propose aussi de renégocier avec les concessionnaires les prix pratiqués qui, pour de nombreux Cannois apparaissent comme étant dissuasifs (mais n’est-ce pas le but de l’opération ?). Sans aller aussi loin que l’association « 40 millions d’automobilistes » qui milite pour le paiement des parkings couverts à la minute, il est néanmoins favorable à un décompte à la demi-heure.

Mais avant d’arriver à une hypothétique et coûteuse place de stationnement, encore faut-il y arriver et les habitants de nombreuses villes de la Côte d’Azur, savent que ce n’est pas une partie de plaisir. À certaines heures faire seulement quelques kilomètres nous ramène au temps des diligences... D’où l’alternative logique, le développement des transports en commun. Y en a-t-il suffisamment, à un prix incitatif ? C’est la question que se pose Philippe Tabarot. Le fameux bus du futur va-t-il tenir ses promesses ? Il en doute et propose s’il est élu un référendum sur la nécessité de poursuivre ou non la ligne 1 du BHNS (dont le budget à rallonge lui apparaît hors de disproportion), en l’occurrence de joindre La Bocca centre à Cannes centre.

Dernier volet de cette conférence de presse, celui de la fiscalité. Sans agressivité outrancière, Philippe Tabarot a dénoncé les gaspillages, à commencer par les inimaginables frais d’études pour des réalisations déjà forts onéreuses (complexes nautiques, Palais des Victoires...). Il n’a pas manqué de rappeler que la dette de la ville avait considérablement progressé au cours des deux derniers mandats et place la ville à la deuxième place d’un palmarès national peu reluisant. Et ce, malgré une baisse amorcée de la dite dette due à la vente de plusieurs bijoux de famille... Le candidat, s’engage à diminuer de 3% les frais de fonctionnement comme à terme, d’envisager une diminution de la taxe d’habitation ainsi qu’à désendetter la commune à hauteur de 25%. Une tâche, il en convient, qui pourrait être rendue difficile par les 60 millions € de la dette des emprunts, à régler à l’échéance 2014, 2015, 2016 et 2017.

On a coutume de dire que la critique, lorsqu’on est dans l’opposition, est facile, mais aussi que ce n’est pas toujours une partie de plaisir et que le découragement quête les élus ou les candidats qui cherchent des informations. Les majorités en place ne leur font guère de cadeaux, peu importe qu’ils soient ou non issus d’une même... famille politique. Conseiller municipal d'opposition et conseiller général des Alpes-Maritimes, Philippe Tabarot fait le job, jour après jour et semble de plus en plus confiant sur l’issue du scrutin de mars prochain. Une confiance partagée par son principal adversaire qui vise lui un final qui lui soit favorable...