Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Côte d’Azur : le Comité Régional du Tourisme sur la sellette...

La menace du chacun chez soi se précise.

Crédits:
textes par

Depuis longtemps, les intéressés le pressentaient, l’avenir du CRT Riviera installé à Nice était en discussion. Cette structure est une exception dans le paysage de la promotion touristique. La région PACA fait fonctionner à Marseille son CRT Régional tandis que celui de Nice gère indépendamment le sien. Ce dernier avait d’ailleurs pu constater que, dans un premier temps, les subventions permettant à l’institution de fonctionner et d’être performante, avaient diminué. La volonté de faire des économies semble irrémédiable et confirmerait à court terme cette dichotomie, chacun retrouvant ses billes. La structure actuelle, sise à Nice, pourrait éventuellement devenir un Comité départemental du tourisme (CDT) avec des missions différentes. Plus question par exemple de développer le tourisme azuréen à l’autre bout du monde. On se recentre sur le national et on fait la part belle à la concurrence qui n’en demandait pas tant !

Éric Ciotti et Christian Estrosi avaient soulevé le lièvre dans une conférence de presse et déclenché les hostilités. Selon eux, Marseille serait avantagé au détriment de Nice. Les instances de la région, sous le coupe du président Vauzelle, expliquait les différences de montant des enveloppes attribuées par le fait que Marseille gère cinq départements alors que Nice ne s’occupe que de la Côte d’Azur dans les limites strictes des Alpes-Maritimes. Mais ces explications n’ont pas apparemment convaincu les azuréens qui craignent que l’entité niçoise soit rapatriée dans le giron régional et rendue incapable de défendre de la meilleure façon les intérêts du tourisme azuréen.

Les deux  leaders du département s’inquiètent : « Les déclarations contradictoires des représentants de la Région, à la suite de notre conférence de presse, ne sont pas du tout rassurantes. D’un côté M. Meffre, Président de la Commission Tourisme du Conseil régional, nous annonce une division pure et simple par deux de la subvention de la Région à 450 000  € en 2012. De l’autre, tout en confirmant ce chiffre, M. Allemand, Premier Vice-président, annonce une possible rallonge en fin d’année, mais cet artifice ne trompera personne. Tout cela nous laisse dans le flou le plus complet et ne saurait dissiper la certitude qu’il y a bien deux poids, deux mesures, la subvention de 5 millions d’euros au CRT de Marseille étant elle bien confirmée... Le Conseil général pour sa part a augmenté sa subvention au CRT, qui passe de 2,65 millions d’euros à 2,8 millions d’euros en 2012, auxquels s’ajoutent 200 000 € de participation à la grande campagne de promotion, soit un total de 3 millions d’euros, en hausse de plus de 13 %. » Ce qui ne représente après tout qu'environ 3 € par habitant pour booster le tourisme, industrie essentielle au département !