Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Cannes : le Piémond dans l’assiette...

Installée depuis 20 ans rue Hoche, Laura Merlo poursuit son sillage sans faire de vagues, comme trotte menue, elle avance doucement mais sûrement.

Crédits:
textes par
images par

La clientèle ne s’y est pas trompée. Les amoureux de l’Italie, de sa cuisine, de sa convivialité, de la gentillesse spontanée des Italiens, se donnent régulièrement rendez-vous rue Hoche pour déguster ce charmant cocktail. On n’est pas dans un restaurant italien, on est dans « Little Italy » au cœur de Cannes!

- Laura Merlo et son équipe de la rue Hoche -

Laura a fêté en beauté son 20ème anniversaire, ce qui a donné l’occasion de découvrir certaines  traditions piémontaises. Un orchestre est venu animer la soirée, particulièrement réussie, où se sont rendus plusieurs centaines d’amis et de clients. Quiz ? Saviez-vous que dans le Piémont, les formations musicales utilisent cornemuse et viole à roue entre guitares et accordéon ?

En mars 1992, la toute jeune Laura, à peine 20 ans, tombe amoureuse de Cannes, dégote un petit local de 40 m2, avec une cuisine de poche de 20 m2 et s’associe pour ouvrir « Le North Beach Café », clin d’œil au quartier italien de San Francisco. La décoration contemporaine joue l’élégance et le raffinement, avec la jeune femme aux fourneaux qui y décline son Piémont natal. En 1996, elle se sépare de son associé. Elle a très envie de créer un établissement plus chaleureux. Sa rencontre avec Damien, professionnel de la restauration, l’aidera à réaliser son vœu. Ils créent ensemble en 2001 « Da Laura », une trattoria chic et cosy, où se mêlent tradition et modernité, avec le personnel à l’accent transalpin et une cuisine authentique. Avec la complicité de Davide Dalmasso (La Cambuse pour les professionnels, Casa Dalmasso pour les particuliers), importateur des meilleurs produits du Piémont… et du reste de l’Italie, le bonheur est dans l’assiette aussi bien que dans l’ambiance exubérante : c’est ça l’Italie à Cannes ! Vue l’accueil réservé à cette nouvelle formule, et le fait qu’elle ait eu deux enfants avec Damien, elle doit engager un chef… piémontais, Mario Paviolo, qu’elle est allé chercher dans leur ville natale, Turin.

Laura a eu l’intelligence d’adapter son restaurant au quartier, où foisonnent bureaux et commerces, à une enjambée de la gare. Ouvert tous les matins à 7 heures, un joli petit déjeuner est proposé. On déjeune entre midi et 16 heures, on prend le thé ou le cappuccino l’après-midi, et le soir, c’est l’extinction des feux, après l’apéritif, à 20 heures, sauf durant les périodes de congrès. Avec des plats du jour de 15 à 20 €, du vin italien au verre à 5 € (25 € la bouteille), on se régale à bon compte. Comme chez tous les bons italiens, la carte des « antipasti » est longue et variée, de 7 à 15 €. Pâtes, gnocchis, raviolis (de 13 à 15 €) faits maison, se marient aux saveurs de saison : courge, cèpes, épinard, tomate, châtaignes, truffe blanche d’Alba, ainsi qu’avec avec quelques grands classiques intemporels, au saumon, au jambon de Parme, à la carbonara, aux quatre fromages… En plats, « Vongole » (palourdes), Fruits de mer, sont à l’honneur (20 €). Le plateau de fromages est à 8 €, les douceurs de 8 à 9 € (Panna Cotta, Tiramisù…).  Quotidiennement, trois plats du jour sont proposés : un chaud, un froid et un ravioli. En hiver, le plat froid est remplacé par du chaud, autour d’une viande ou d’un poisson.

La carte des vins voyage entre Piémont, Toscane, Sicile, Vénétie, Ombrie, Emilie Romagne… en rouges, blancs, rosé et un vin de dessert piémontais.

  • Da Laura – 8 rue du 24 Août, à l’angle de la rue Hoche – 06400 – Cannes – Tel : 04 93 38 40 51