Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Cantonales (suite) et présidentielles : commentaires de lecteurs

qui se posent de légitimes questions... et contribuent aux débats.

Crédits:
textes par

Les pourcentages concernant les intentions de votes placent désormais Marine Le Pen aux avant-postes de la vie politique française, en course pour les présidentielles et bien capable, à elle seule, de faire trébucher Nicolas Sarkozy… C’est une demi surprise pour tous ceux qui constatent que leurs inquiétudes sur le dossier sécurité-immigration n’est pris en compte ni par les partis de la droite traditionnelle qui bottent au Centre, ni par ceux de la gauche qui n’ont pas de solutions miracles à proposer, pire qui sont dans le déni d’une situation bien loin d’être idéale…

Pour notre lecteur azuréen, la montée en puissance du Front de Marine pourrait néanmoins avoir des conséquences positives en permettant de révéler un « nouveau candidat rassembleur qui ne soit ni de gauche, ni de droite, ni du centre, ni d’Europe Écologie les Verts. » À son avis, l’idéal serait une présidence tournante composée d’un quartet (deux femmes et deux hommes). Cela permettrait d’éviter de centraliser les électeurs sur une seule personne (le culte de la personnalité passionne et trompe)… Ce lecteur constate par ailleurs que « Marine sait plaire. Son nom n’évoque-t-il pas notre Marianne nationale… Elle est capable de rassembler les partisans du protectionnisme, du jardin clôturé, du non-partage, de l’enfermement nationaliste et séparatiste. Avec elle ce n’est pas la continuité avec la finance mondiale dominante comme nous l’avons vécue avec les valets et les roitelets du PS, de l’UMP ou du Centre mou, c’est pire. C’est tout simplement le retour en arrière vers un passé tribal révolu. Je suis pourtant optimiste et si Marine Le Pen a son rôle à jouer en manipulant la peur et la lâcheté, elle devrait permettre à des valeurs opposées - partage, humanisme - de se développer dans un grand mouvement (mieux qu’une personnalité !) sans parti. »

Notre lecteur qui contribue à enrichir le débat continue : « Au delà de l’identification à des idéaux passés, au-delà du vedettariat, au delà de la laïcité et de la religion, existe une solidarité sans frontières où la relation avec l’autre n’a pas besoin de mots et de paroles… »

Autre analyse d’un internaute varois qui répond à notre article sur les Cantonales :

« Il n'y a qu’un électeur sur trois qui a été déposer son bulletin dans l’urne. Qu'en sera-t-il lors de la prochaine présidentielle ? Même si on ne peut pas vraiment lire dans le marc de café, la participation aux présidentielles devrait avoisiner les 85 %. Côté échéances locales, régionales ou européennes, les candidats FN sont majoritairement inexpérimentés, affligeants de banalités et d'incompétences. Apparemment, c'est ce qui fait leur force. À Fréjus par exemple, le jeune frontiste de 23 ans habitant Boulogne est venu deux fois sur site et récolte 47%, sans tenir une seule réunion de campagne ! Je pense aussi que l'UMP joue un drôle de jeu, un jeu dangereux. Beaucoup de ses militants et de ses sympathisants préfèrent voter pour le Front et faire ainsi battre un autre candidat UMP tendance Borloo qui les dérange parce que trop au centre… »

Très incisif, notre observateur, par ailleurs lui aussi acteur de la vie politique au niveau local, départemental et national, ajoute :

« Il est temps que ce parti explose et que chacun courre sous ses couleurs. De toute façon l'alternance est là. La gauche va gagner la présidentielle. Ce n'est pas un cadeau, mais ce sera plus facile pour fermer le robinet. Il y aura moins de grèves. Pendant ce temps, la droite va pouvoir se recomposer. Une partie d’entre elle en trouvant un modus vivendi avec le FN, une autre avec les centristes pour créer une droite libérale, modérée et européenne… »