Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Nice : Les cantines retrouvent le public...

Crédits:
textes par

Une curieuse marche arrière dans une ville gérée par une des municipalités les plus à droite de France.

Comme bien des observateurs, nous avions été fort étonnés lire notre article que le maire et ministre niçois, Christian Estrosi, veuille bien confier de nouveau le service des cantines scolaires (plus de 20 000 repas quotidiens) aux fonctionnaires municipaux. Nous pensions alors qu’il avait été séduit par les avantages que ce choix impliquait : proximité, contrôle plus facile, liens privilégié entre les fonctionnaires, les parents, les élus et les enfants… Nous avions, à de nombreuses reprises mesuré, ici et là, sur plusieurs décennies, les avantages de la cantine traditionnelle, celle que nous avions connus comme nous avions constaté les inconvénients et les lacunes de l'autre système plus impersonnel, centralisateur, de ces plats formatés qui arrivaient par camions réfrigérés à la porte des établissements scolaires. Les arguments qui furent à l’origine de ce changement de cap, nous ont toujours semblé peu convaincants comme par exemple celui de ne pas rompre la chaîne du froid… alors que les cuisines traditionnelles se trouvaient généralement à quelques dizaines de mètres de la cantine. De plus, nous avions pu voir les quantités invraisemblables de nourriture qui finissaient dans les poubelles, preuve que le choix des menus et des produits trop souvent en boîtes, était loin de faire l’unanimité des élèves… Un gaspillage d’énergie, d’aliments, d’argent public – n’oublions pas la participation financière directe des parents - sans qu’au final, l’utilisateur, l’enfant, en tire une légitime satisfaction ni un bénéfice pour sa santé. Toutes choses qu’on est pour lui, en droit d’attendre…

Cela étant dit, l’enquête mené par Paul Barelli, correspondant du journal Le Monde dans les Alpes-Maritimes, donne un éclairage moins flatteur pour le brillantissime homme fort du département. Il faudrait d'après lui plutôt chercher la raison de ce changement improbable de cap dans une sombre affaire de délégation de service public. Comme c’est… parfois le cas, la procédure de mise en concurrence n’aurait pas été totalement honnête. Ainsi, on retrouverait parmi les consultants chargés de la préparation du dossier d’attribution, l’épouse d’un dirigeant de la Sogeres. Monsieur Éric Wœrth, suivez notre regard !

Averti par le procureur Éric de Montgolfier d’un risque de recadrage, le maire de Nice a préféré retirer la délibération qui autorisait le principe de cette attribution plutôt que de s’exposer à l’annulation de la procédure, pire de mettre en cause des personnes qui auraient alors pu se retrouver devant les juges. Le procureur de la République précisait toutefois que le maire n’était pas concerné directement par cette pratique. Un style de pratique qui laisse un drôle de goût dans la bouche… pas de ceux qui sont appréciés par les inspecteurs du Guide Michelin.