Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Alpes-Maritimes : Petit Poucet, Dominique de Villepin

Crédits:
textes par

sème ses cailloux et... fédère.

Hier, on ne parlait que de la Finance Solidaire, aujourd’hui c’est Dominique de Villepin qui essaime et nous assène sa République Solidaire… Il a trouvé des relayeurs dans les Alpes-Maritimes. Ce département, riche en électeurs de droite qui compte nombre d’adhérents UMP, peut fournir une bonne réserve de voix en vue de la réélection de Nicolas Sarkozy. Mais, les rapports entre l’ancien premier ministre de Jacques Chirac et l’actuel président de la République, semblent avoir atteint un point de non-retour. Ainsi, il ne faut pas s’attendre à ce que les adhérents à République solidaire fassent preuve de beaucoup de… solidarité envers Nicolas Sarkozy et votent pour lui dans la perspective de sa candidature pour un deuxième mandat à la tête du pays. Du moins lors du premier tour, car quelle serait pour eux l’alternative face à un candidat marqué à gauche lors de l'épreuve finale ? Dominique Villepin ne peut prendre des voix qu’à la droite traditionnelle (UMP, Nouveau Centre et la nébuleuse des Divers droites) ainsi qu’aux rescapés de l’UDF, derniers fidèles d'un François Bayrou en perdition.

En attendant les prochaines échéances, les déçus du Sarkozisme peuvent voir là une opportunité crédible pour prendre ou reprendre du service. Rester à droite ou au centre, marquer son mécontentement, faire des propositions visant à réorienter les politiques nationales. Le danger est bien sûr la surenchère, les propositions irréalistes ou irréalisables, une stratégie toujours facile quand on est dans l’opposition ou du moins la contestation. Les Villepenistes ont une carte à jouer même si certains électeurs vont avoir du mal à décoder les messages véhiculés par ces frondeurs agressifs et dirigés contre celui qui incarnait si bien la réussite, la pugnacité et l’espoir d’un avenir meilleur. À vrai dire, cette attente fut déçue dès le soir du deuxième tour avec ce rendez-vous inopportun, certains le jugèrent même indécent, au Fouquet’s… à ce rendez-vous manqué avec le peuple français. Nicolas avait préféré inviter devant les caméras, ses amis, ses copains. Pas forcément ceux qu’auraient choisi Montaigne et La Boétie. Plutôt des amis de luxe, des petits Castor et Polux, des gens de Sodome et Gomorrhe, référence à Georges Brassens.

Depuis, l’image du président n’a pas cessé de se dégrader dans les médias et le public. Outre les Guignols de l’info sur Canal, qui ne lui font pas de cadeau (ils ne lui en ont jamais fait d’ailleurs), les billets qui circulent sur Internet se sont multipliés. Ils n’ont rien à voir avec de petits mots doux, ou des déclarations d’amour… beaucoup sont irrespectueux au possible, d’autres franchement insultants. Ils témoignent et confirment les sondages. Bien qu’on sache, qu’ils ne déterminent pas à eux seuls les résultats d’une élection, ils indiquent clairement le désamour entre le président et une grande partie du corps électoral.

Cette évidence n’a pas échappé à Dominique Villepin. Si jusqu’à récemment, on ne donnait pas cher de sa candidature, ou simplement de l’intérêt de sa présence sur l’échiquier politique, il apparaît que son message a trouvé un écho. La naissance dans les Alpes-Maritimes d’une Fédération qui véhicule son image et son discours, en est la confirmation. Ainsi, s’est rassemblé autour d’Alain Château, un ex de François Bayrou, un premier cercle de braves. On trouve ainsi un ingénieur en géosciences, César Mugerin ; un jeune ingénieur en informatique, Frédéric Flayol ; un notaire, Philippe Buerch ; un collaborateur de différents maires du littoral, Gérard Hugon ; un femme enfin (attention à la parité), responsable administrative, Odile Menozzi

Ingénieur en micro-électronique, très au fait des nouvelles technologies de l’information et de la communication, Alain Château, le bien nommé, développe quelques idées pour relancer la machine et équilibrer les comptes :

« La défense des emplois passera par un développement économique s’appuyant sur l’innovation et la compétitivité de notre industrie, la lutte contre les déficits gouvernementaux, la mise en place d’un pacte éducatif pour l’égalité des chances et le plein emploi des jeunes, l’indépendance de la justice et des medias, une politique étrangère ambitieuse mais vertueuse, telles sont des voies que nous nous engageons à suivre pour empêcher que la France s’abaisse, s’affaiblisse, décroche définitivement et disparaisse de la scène mondiale… »

Les dès sont désormais jetés pour le parti fondé par Dominique de Villepin. Qui l’aime le suive !

  • République Solidaire – Fédération des Alpes Maritimes - contact06@republiquesolidaire.fr - Tél : 04 92 02 85 42