Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Cannes : la quille pour un retraité du son

Crédits:
textes par
Catégorie Pays de Lérins

et des lumières…


- Sylvain et Alain : les années n’ont pas de prise sur eux…

Aux dires de sa femme, Hélène, Sylvain Pascalini éprouvait quelques inquiétudes à la perspective de passer de la vie professionnelle à la vie de retraité, de la vie active à la vie présumée inactive… C’est sans doute pour le rassurer qu'elle avait organisé, avec quelques complicités, une petite réunion. Y étaient invités des membres de la famille élargie (Morgane, Harold, Jérémie, Romain, Alexandra), des professionnels qui l’avaient côtoyé et quelques compagnons de l’époque des culottes courtes et des maillots de bain. Car il fallait remonter aux années d’enfance pour faire bon compte.

Sylvain est de ceux qui ont commencé de bonne heure à travailler et qui n’ont jamais ménagé leur peine. L’exemple venait aussi bien de son père que de sa mère ainsi que du milieu social qui était le sien. Sans que cela ne l’empêche de profiter de la vie, de faire les quatre cents coups en compagnie de Pierre Fauroux et d’un Max Delys trop tôt disparu, ou de pratiquer le water-polo avec les Borron, Reischtad, Dufay, Simon, Nucci et autres Mascarau, sous la férule de l’entraîneur Joseph Maggiore.

Pour faire court, sa vie professionnelle fut intense, bien loin des 35 heures semaine… Sylvain Pascalini reprit avec son frère cadet Gérard, l’affaire de son père « Elly Radio » et contribua à la faire prospérer. Du côté loisir… sportif, si son adolescence eut pour cadre les quelques rares piscines accessibles au public de la Côte, jeune adulte, il découvre la voile et sa version compétition avec Jacques Fauroux et sa sœur Marie-Claude, première femme à traverser l'Atlantique en solitaire…

Une passion qui l’amena à la maturité à investir dans un voilier et à se constituer un réseau d’amis partageant les mêmes valeurs. Beaucoup étaient présents ce dimanche de juillet. Marie-Claude et son compagnon Bruno, Bernard Divorne, barreur officiel du 6 mètres J "Dix août" de Pierre Paul Heckly, Nilce et Marco, avec au compteur plusieurs traversées de l'Atlantique en Catamaran, ils sont les heureux propriétaires d'un magnifique hôtel face à la mer dans la baie de Bahia au Brésil. De quoi causer avec les fins régatiers que sont Dominique et Hugues Bousquet, aussi avec Jérôme Langlois (Champion de France et vice champion du monde en 5O5, rien que ça !) et sa femme Giselle.

Ajoutons à cette liste : Esther et Sauveur Milazzo, créateur du Salon nautique occasion de Cannes Mandelieu, Philippe Feuillade et Caro, des membres de la grande famille Johansen, Finn, Caro, Nick, Isabelle, Clauss, Dominique… sans oublier Patricia et Daniel Libermann, Nelly et Didier Martin, Lydia et Jean-Pierre Durando, Catherine et Paul Benahim, Jeanne et Lionnel Barrau, mariés en Corse lors d'une Croisière Bleu… Mercédes et Yannick Polet, Champion du monde de voile, directeur du Chantier naval de l’île Sainte Marguerite.

Tous ceux qui étaient là avaient partagé des moments importants de la vie du neo-retraité. Ainsi Laurent Lingua, Aline et Alain Dao, Fabienne et Jacques Trevisan, les Pleumeckers Jacques, Anna et Sophie, Liliane et Michel Egoui, Jœl et fils, Odile et Michel Baïs, Alain Chastan-Bagnis accompagné de Christine et de Pauline, Jacques et Françoise Mathieu, Dany et Jean-Pierre Giordano, Christian Janson, Jean-Paul et Catherine Amar, Claude Hures, Sophie Frecourt. Il semble qu’on a fait le tour… de Cannes, Mandelieu, Le Cannet, Mougins… et que le tribut à l’homme accompli touche à sa fin…

Alain Dartigues, autre acteur… un moment sur le chemin –