Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

La préface de Jean Giono

Crédits:
autre
textes par

en mai 1961, Jean Giono auquel Fernand Dartigues avait été présenté quelques années plus tôt, et dont il était devenu un familier, lui écrivait une courte préface pour un ouvrage de poésie, éditée à compte d'auteur : EN VERS... mais pas contre tous.

Un moment dans le besoin, il devait se séparer de l'original, itou du croquis de Bernard Buffet ayant servi pour la couverture ; Fernand l'avait soutenu dès ses débuts.

Il y a très longtemps que je connais
Dartigues : Avant de connaître sa
poésie, je connaissais sa sensibilité. Je
l'avais vu souvent ému de subtilités
presque imperceptibles. On retrouve ce
bonheur de vivre dans ses vers. Il
est composé des délicatesses du cœur,
d'harmonies de quelques
secondes orchestrées sur l'instant,
de toute une gymnastique de l'âme
faite de petits mouvements à peine
perceptibles, mais organisant
un glissement insensible vers
des sérénités très importantes.
Dartigues sait, de science
certaine, de quoi est fait le bonheur.
Il a pour le chanter une voix qui
est celle d'un Villon Méditerranéen.
Il ne se laisse jamais emporter par
l'emphase et la démesure : seconde
après seconde il apporte comme une
fourmi obstinée brins de pailles à
brins de pailles pour composer à la fin
une gerbe d'or.
Il y faut une âme
paisible et très avertie des choses
essentielles.

Jean Giono - mai 1961