Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Diesel. Après les automobiles, les camions…

On ne peut pas dire que ça soit une surprise. La volonté de cacher aux autorités les véritables taux de pollution des véhicules automobiles ne pouvaient s’arrêter à ce seul secteur d’activité. France Nature Environnement a levé un nouveau... lièvre. Certains médias avaient déjà révélé à plusieurs reprises la suspicion d’une triche concernant le dispositif de dépollution à l’AdBlue. L’AdBlue est un additif ajouté aux moteurs diesels les plus récents afin de réduire fortement leurs émissions d’oxydes d’azote. Ce dispositif peut être contourné par l’installation d’un boîtier très bon marché, produit proposé par une entreprise française sur internet.



- Volvo frise avec les limites et les règles...


Le système de dépollution à l’AdBlue a été bien pensé à l’origine puisqu’il dégrade la puissance du véhicule et va jusqu’à l’immobiliser en cas d’absence de liquide AdBlue. Ce système de dépollution a d’ailleurs été présenté comme un bond technologique concernant les émissions polluantes, entre les poids lourds récents et ceux de génération plus ancienne.

Or, certaines entreprises de transport installent un boîtier qui contourne ce système de dépollution, afin de permettre à leurs poids lourds de fonctionner sans AdBlue et de faire ainsi des économies de l’ordre de 1 000 à 2 000  €/an et par poids lourd.

D’après la presse allemande, les émissions supplémentaires liées à cette triche à l’AdBlue en Allemagne seraient deux fois supérieures à celles du Dieselgate aux États-Unis...

Une entreprise française vend sur internet un appareil permettant de désactiver le système de dépollution à l’AdBlue sur les poids lourds récents, en tant que « solutions préventives afin d’éviter toute immobilisation et perte de productivité ». Une proposition commerciale sans doute illégale dans la mesure où elle incite les transporteurs à faire quelques économies de fonctionnement, au détriment de la qualité de l’air et de la santé publique de tous. Suit une liste des marques sur lesquelles l’entreprise intervient, dont Mercedes, Volvo et Renault...

Voici la proposition faite sur le site de l’entreprise Auto Sport 31 que FNE avait trouvé [la page n’était ce jour pas consultable] :


  • Désactivation du système Adblue actuel sur plus ou moins longue distance, le temps de trouver un point de ravitaillement,

  • Désactivation facile du système d’origine par simple commande électronique,

  • Puissance moteur conservée,

  • Aucun défaut à effacer,

  • Pas d’immobilisation du véhicule : celui-ci n’est pas en mode dégradé et ne nécessite pas d’intervention du concessionnaire,

  • Programmation pour une consommation moindre de liquide Adblue,

  • Suppression définitive du système Adblue pour les pays acceptant cette intervention

  • Économies en consommation Adblue…


Pour Michel Dubromel, président de France Nature Environnement «  Le gouvernement français doit s’emparer d’urgence de ce dossier en interdisant la vente, l’installation et la présence de ces dispositifs de contournement du système de dépollution à l’AdBlue sur tous les véhicules. Ainsi qu’en lançant une campagne de contrôle des poids lourds de grande ampleur, avec des amendes dissuasives et une immobilisation immédiate des véhicules tricheurs. »