Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Les Centres commerciaux n’ont plus la Côte d’Azur…

Crédits:
textes par

Le grand amour entre les élus et les Centres commerciaux XL, semble révolu. C’est en tout cas, ce que laissent penser les prises de position du maire de Cannes David Lisnard, et de celles du président départemental Eric Ciotti…



- l'Eco-Vallée dans la plaine du Var niçoise -


David Lisnard avait tiré le premier en faisait part dans un communiqué de presse daté du 24 janvier dernier de son attachement au commerce de proximité. Il dénonçait sans ambiguïté aucune la « folle multiplication des grands-centres commerciaux pré-urbains ». Il s’érigeait ainsi en défenseur de l’environnement qui selon lui ne « peut plus subir [sans conséquences désastreuses] ces aspirateurs à voiture dans des terrains avant tout naturels, d’un mode de vie à la française fait de centres villes et villages avec des commerces ».


Début juillet, le maire de Cannes enfonçait le clou, s’adressant cette fois au Préfet des Alpes-Maritimes, Georges-François... Leclerc. Courrier dans lequel il prenait avec cohérence position sur un certain nombre de projets, rappelant au passage qu’il s’était élevé contre celui du Village de Marques de Pégomas. Outre les enjeux environnementaux, il rappelait ceux qui touchent à l’aménagement du territoire et à la politique de la ville.


Il détaillait ensuite les principaux centres commerciaux du département existants ou en projet, notamment celui des Clausonnes à Valbonne, et le Bussiness Ressort Sophipolis à Vallauris évoquant la saturation de ce type de commerces. Pour la petite histoire, on notera, qu’en tant que 1er adjoint de son mentor, Bernard Brochand, il avait voté en faveur de la construction d’un grand Leclerc dans la banlieue populaire de Cannes, déjà bien riche en moyennes et grandes surfaces…


Les chiffres semblent néanmoins donner raison à David Lisnard. En effet, la France est depuis une dizaine d’années au moins, championne d’Europe de la catégorie avec ses 750 établissements couvrant 16 millions de mètre carrés et hébergeant 30 000 magasins… Malgré une baisse de fréquentation constatée et une marge qui s’étiole, les grands groupes (à l’exception de Casino) continuent à multiplier leurs pressions pour installer de nouvelles adresses et ne veulent pas entendre parler de marché saturé.


Les Alpes-Maritimes et sa capitale niçoise n’échappent pas à ce constat. On parle ici de 175 000 m² de surfaces commerciales pour une vingtaine de nouveaux centres… Le président de l’entité départementale, Eric Ciotti, semble s’être ému de cette situation et relançait sur ce sujet, en juillet dernier, Christian Estrosi, maire de Nice et président de la Métropole Nice Côte d’Azur. C’est à ces titres que ce dernier avait adoubé les projets les plus mangeurs d’espace et de terres agricoles, notamment avec l’Eco Vallée dans la plaine du Var. Suivi en cela par le maire de Cagnes-sur-Mer, Louis Négre avec son Polygone Riviera et le maire de Saint-Laurent du Var, Joseph Ségura, qui a validé l’extension de Cap 3000. Ces trois adresses représentent d’ailleurs à elles seules avec leur 150 000 m², l’essentiel des surfaces commerciales supplémentaires dans ce périmètre géographique restreint.




Eric Ciotti réaffirmait ainsi dans son courrier son « inquiétude quant aux conséquences de la multiplication anarchique des ensembles commerciaux ». Il ajoutait : « Cette offre commerciale nouvelle et massive ne peut que déboucher sur un appauvrissement du tissu commercial de proximité au cœur de nos cités », notant au passage que les enseignes du centre de Nice, soumises à une concurrence disproportionnée à laquelle elles n’ont pas les moyens de répondre, enregistraient une perte de leur chiffre d’affaire, conduisant à la fragilisation de leur entreprise, voire de leur disparition...


Des arguments qui ravisent la présidente de l’association En toute franchise, Martine Donette, a qui il confirmait au début de ce mois son opposition officielle à « la création de surface commerciale nouvelle en périphérie de ville, et tout particulièrement sur le site actuel du Marché d’Intérêt National. » On le sait, Eric Ciotti est favorable à un… Centre des Congrès [capable de concurrencer le Palais des Festivals de Cannes] bâti sur cet emplacement et le déplacement du MIN sur la commune voisine de La Gaude.


Voilà qui est dit et qui n’arrange pas les relations de plus en plus tendues entre les deux cadors LR du département...