Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Côte d’Azur : la surveillance des plages privées et des plages publiques…

Crédits:
textes par

Deux poids économiques, deux mesures... Des plages privées surveillées à maxima, des plages publiques à minima alors que c'est sur ces dernières que se concentrent les baigneurs... Cherchez l’erreur...




Alors qu’il est fait obligation pour les plagistes d’embaucher un MNS dès qu’ils ouvrent leur établissement aux baigneurs, au moins 6 mois par an, 7/7 jours, les plages publiques du littoral azuréen ne sont pas logées à la même enseigne et on se demande bien pourquoi…


Ainsi, certaines communes se contentent de surveiller leurs plages 7 heures par jour tandis que d’autres les surveillent pendant 10 heures. Or, la plupart de ces plages sont fréquentées sans discontinuité de Pâques à octobre, par les locaux aussi bien que par les touristes. Elles ne font pourtant l’objet de surveillance que durant 2, voire 3 mois. Un choix qui ne semble pas très rationnel ni responsable. Pourquoi les établissements privés seraient-ils mieux surveillés que les plages publiques aménagées ouvertes à tous ? Quant aux frais engendrés pour une meilleure couverture (emplois saisonniers de MNS/BNSSA, détachement de CRS...), ils représent(erai)ent relativement peu comparés à ce que rapporte aux communes concernées l’exploitation des plages privées...


Cette situation n’est pas sans ressembler à la différence de traitement qui existe entre le public et le privé, notamment dans le domaine des jours de carence ou de la retraite. Ici, il s’agit pourtant de sécurité pour tous.


Petit tour des plages publiques du littoral qui sont surveillées :

- à Nice, du 3 juin au 3 septembre, de 9 à 18h, soit 3 mois, amplitude de 9 heures.

- à Cannes, du 1er juillet au 31 août, de 11 à 18h, soit 2 mois, amplitude de 7 heures, sachant que 3 de ses plages bénéficient d’une surveillance dès le 15 juin jusqu’au 15 septembre.

- à Antibes, du 15 juin au 31 août, de 9 à 19h soit 2 mois et demi (plusieurs secteurs ne sont surveillés que du 1er juillet), amplitude de 10 heures.

- à Golfe-Juan, du 6 juillet au 3 septembre, de 10h30 à 18h, soit 2 mois, amplitude de 7 heures 30.

- à Mandelieu, du 1 juillet au 31 août, de 10 à 19 heures, soit 2 mois, amplitude de 9 heures.

- à Beaulieu-sur-mer, du 17 juin au 17 septembre, de 8 à 18h, soit 4 mois, amplitude de 10 heures.

- à Roquebrune Cap Martin, du 1er juillet au 3 août, de 9 à 19h, soit 2 mois, amplitude de 10 heures.

- à Théoule-sur-mer, du 15 juin au 15 septembre, de 10 à 18h, soit 3 mois, amplitude de 8 heures.

- Cap d’Ail, du 6 juillet au 3 septembre, de 10h40 à 18h, soit 2 mois, amplitude de 7h20.

- à Saint-Jean Cap Ferrat, 2 plages sont surveillées par des MNS dès le 1er juillet, de 9h à 18h jusqu'au 31 août pour l'une, et jusqu’au 15 septembre pour l'autre .


En comparant ces indications, on peut voir qui sont les mauvais élèves et ceux qui font le plus d’effort sans qu’aucun néanmoins n’obtienne la note maximale… Désolé !


A la problématique de la surveillance, à minima pour les uns, un peu mieux pour les autres, s’ajoute l’accès de certaines plages aux handicapés et l’on peut constater un réel progrès en ce domaine. La présence de chiens laissés libres d’uriner et de crotter sur le sable ou les galets, a forcé plusieurs communes à ouvrir des plages chiens-compatibles... On peut aussi ajouter l’utilisation inappropriée des plages le soir par les amateurs de barbecues et grand buveurs de bières aussi. Quant aux innombrables fumeurs qui cachent leurs mégots à quelques centimètres sous le sable, ils ont conduit de plus en plus de villes à réserver quelques plages aux non-fumeurs… Incivisme quand tu nous tiens !




* Autre dossier à ouvrir, celui de la propreté de la mer et des artifices déployés par les municipalités pour obtenir et conserver le Pavillon Bleu. Toujours d'actualité, les attaques incessantes des communes et des promoteurs immobiliers pour contourner... l’encombrante Loi littoral.