Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Côte d’Azur : le Brexit est passé par là...

Crédits:
textes par

Installé dans la région depuis 2000, Mark Silver, chef d’entreprise britannique, fut comme bien d’autres ressortissants du Royaume Uni, très surpris par le Brexit.



- Mark Silver - 


Consultant hôtel et spa, Mark Silver a sillonné l’Europe. Il est chargé de trouver un acheteur pour le complexe hôtelier Le Mas Candille. L’affaire ne se fait pas. Finalement, c’est lui qui l’achète. Il signe en 1999, essuie les plâtres pendant deux ans, puis, le succès venant, installe sa femme Tina et ses enfants sur la commune.


Les débuts n’ont pas été de tout repos et les rapports avec l’administration furent tendus et stressants pour le nouveau propriétaire. Tout est maintenant rentré dans l’ordre et Mark Silver se félicite de son choix. Ses trois plus jeunes enfants fréquentent les écoles du cru et se sont bien adaptés à cette expatriation. Nous lui avons demandé si le Brexit avait changé sa vie.


- Le 23 juin 2016, le verdict tombe, les Britanniques ont voté en faveur du retrait du Royaume Uni de l’Union Européenne. Était-ce pour vous une surprise ?


« Oui, personne autour de moi n’y croyait, moi non plus. Ce fut un choc. Aujourd’hui, on constate que beaucoup de ceux qui avaient voté en faveur du Brexit regrettent leur choix. J’en ai d’ailleurs rencontré plusieurs qui m’ont avoué l’avoir fait par défi plutôt que par conviction. Le rôle équivoque des tabloïds et des réseaux sociaux joua aussi dans la prise de décision d'une partie du public. Le sujet reste néanmoins délicat lorsqu’il est évoqué entre sujets de sa Majesté… »


- La première ministre Theresa May vous semble-t-elle en mesure de gérer au mieux cette crise institutionnelle ?


« Elle est en position de force, à la croisée des chemins, tout comme le fut Margaret Thatcher en son temps. Elle en a d’ailleurs quelques unes de ses qualités. En ce qui concerne la sécession annoncée de l’Écosse, elle me paraît utopique car dans l’opération, cette dernière aurait plus à perdre qu’à gagner. »


- Ce Brexit change-t-il votre quotidien ?


« Les effets ont été immédiatement ressentis au sein de notre société mouginoise. La livre a perdu du jour au lendemain 20 % de sa valeur. Notre clientèle estivale constituée pour une part importante d’anglophones s’en est trouvée diminuée d’autant. Mais tout est rentré dans l’ordre et paradoxalement, notre fin de saison fut très positive. »


- Beaucoup de vos compatriotes expatriés craignent pour le futur et s’interrogent sur l’opportunité de demander la nationalité de leur pays de résidence, ne serait-ce que pour protéger leur niveau de vie. Est-ce pour vous une option ?


« Le futur est par définition incertain mais le Brexit complique encore davantage les perspectives d’avenir. Je me suis moi-même interrogé sur la nécessité et l’envie que j’avais de demander la nationalité française. Après réflexion, j’ai franchi le pas, avant tout pour mes enfants qui se plaisent ici. La procédure est en court… »


- Quelle est votre position sur l’Union européenne d’aujourd’hui ?


« Pour avoir travaillé comme consultant dans plusieurs pays d’Europe, je sais que chaque pays a conservé à l’intérieur de ses frontières nombre de lois qui lui sont propres et qu’il convient de respecter lorsqu’il s’agit de commercer. Ce qui induit des différences sensibles. Ainsi j’ai découvert que les règles en matière d’urbanisme étaient plus simples en France qu’en Grande Bretagne... L’Europe idéale serait pour moi fédéraliste, resserrée autour de ses membres fondateurs. La prospérité engendrée rejaillirait sur les pays voisins. »


- Le Brexit, improbable éventualité, a bien eu lieu. Le Frenchxit est-il envisageable ?


«  Sans la France, se serait en tout cas, la fin de l’Union européenne. »


- Vous intéressez-vous à la vie politique française ?


«  Ne serait-ce qu’en tant que futur citoyen français, j’y suis très attentif. Les affaires Fillon ont plombé sa candidature aux Présidentielles alors que s’ouvrait un boulevard devant lui. La présence de Marine Le Pen au second tour était annoncée par tous les médias. Macron invoque pour moi le Centre... Pour ne pas rester à la traîne, la France a besoin de changements, de réformes. D’autres pays occidentaux sont en avance sur elle, notamment dans le domaine du travail et de l’entreprise. Mon père, un businessman et aussi un humaniste social, disait justement qu’il était de la responsabilité des chefs d’entreprise de créer du travail et surtout de maintenir les emplois ! »


Cette dernière assertion, Mark Silver en a fait son credo. Dans sa propre société, Le Mas Candille, établissement hôtelier cinq étoiles complété par un Spa, un restaurant gastronomique étoilé Michelin et un restaurant d’été, La Pergola, sis autour d’une magnifique piscine, pratique cette approche quasi-philosophique. Il a ainsi choisi de garder son luxury resort ouvert toute l’année alors que bien d’autres enseignes Relais & Châteaux, ferment en basse saison. A l’avantage de ses équipes, majoritairement des CDI qui sont complétées en haute saison par des salariés en contrat à durée déterminée. CQFD !