Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Législatives. Le candidat de « La République en Marche » à Cannes

dévoile le nom de sa suppléante.

Crédits:
textes par

Pendant que le monde du 7ème art et les tops models de service s’apprêtent à monter les... marches du Palais, les divers candidats à une élection législative qui s’annonce d’une importance cruciale, voire historique, mettent les bouchées doubles. Première indication, le choix de leur suppléant ou suppléante.


- Philippe Buerch et Selima Ghebrid -


Même si aucune annonce officielle n’a été faite à Cannes sur le nom du suppléant de Bernard Brochand, député sortant LR, il y a fort à parier que se soit à nouveau David Lisnard l'actuel maire de Cannes qui occupe cette place. Du côté de « La République en Marche », Philippe Buerch a dévoilé le nom de sa suppléante. Il s’agit de Sélima Ghebrid. Cette dernière a rapidement été touchée par l’engagement et le charisme d’Emmanuel Macron. Elle avait rejoint son mouvement pour devenir un des soutiens les plus actifs de Philippe Buerch, acteur incontournable de la vie locale, avant même que ce dernier soit investi pour les élections législatives du mois prochain.

Sélima Ghebrid résume son adhésion à En Marche en une phrase du programme  d’Emmanuel Macron : « Le projet que je vous propose c’est de bâtir avec vous une France nouvelle, une France qui libère, pour ne plus être bloquée par des règles devenues obsolètes et en même temps une France qui répare les injustices de départ et protège chaque citoyen afin de le mettre en capacité de réussir sa vie. »

Née le 15 août 1961, à Saint Jean de Maurienne, Sélima a étudié dans un collège-lycée privé catholique et poursuivi ses études supérieures en Algérie où elle obtient un diplôme de Docteur en stomatologie. Elle exerce ensuite à l’hôpital d’Alger et est bénévole au sein du Croissant Rouge Algérien pendant 9 ans sur le continent africain. Depuis 1993, elle s’investit dans plusieurs associations caritatives pour venir en aide aux plus démunis. En 1992, elle revient en France, avec ses deux enfants, considérant que la sécurité de sa famille ne pouvait plus être garantie en Algérie. Après avoir exercé divers emplois à responsabilité dans le domaine administratif et commercial, elle dirige plusieurs EHPAD depuis 2009.