Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Alpes-Maritimes : Philippe Buerch, séduit par Emmanuel Macron

prend le train « En Marche »…

Crédits:
textes par

En fait, Philippe Buerch n’a pas attendu longtemps pour se décider. Déçu par les rivalités internes parfois violentes qui ont cours au sein de son parti, le RPR puis LR, aussi par les « caporalismes et les obéissances quasi féodales » dénoncés l’autre jour par le sénateur grassois Jean Pierre Leleux, il est convaincu que Macron offre une réelle chance à la France de renouveler la donne, d’apporter une bouffée d’air frais dans le Landerneau de la politique trop souvent... politicienne.




Ce choix a été rendu possible par l’affirmation d’Emmanuel Macron : « L’honnêté m’oblige à vous dire, je ne suis pas socialiste ! » En effet, Philippe Buerch a mené tous ses combats et ses engagements politiques à droite. Foncièrement libéral social, les prises de position d’Emmanuel Macron l’ont rassuré et convaincu de prendre fait et cause pour lui… jusqu’à accepté de prendre la tête de la délégation départementale « la Droite avec Emmanuel Macron ». Il a aussi décidé à titre personnel de soutenir sa candidature à l’élection présidentielle.


Dans un communiqué aux médias, il assure que ce nouvel engagement est conforme à ceux de toute sa vie, ajoutant :


« Je suis en effet, pour un rapport de la politique ouvert à la société. Une action publique qui accompagne et en finisse avec le ‘cadenassage’. Je plaide pour une action politique qui lie les énergies, favorise la création d’entreprise et cesse d’enfreindre la liberté des chefs d’entreprise. Je suis pour une fiscalité équilibrée, qui s’éloigne des rives de la spoliation et redevienne par son caractère raisonnable une fiscalité consentie.


J’ai opté depuis bien longtemps pour une société libérale sur le plan des mœurs ou chaque individu peut vivre sans interférence de l’État. Je crois aux valeurs chrétiennes de la France tout en étant fondamentalement attaché à la laïcité qui place les lois de la République au-dessus de toute autre.


J’appelle de mes vœux une France qui redevienne le moteur de l’espérance européenne et qui fasse à nouveau entendre sa voix dans le monde. En vu de l’élection présidentielle, je milite pour un renouvellement des élus à tous les niveaux. Aux législatives comme à la présidentielle.


Cette perspective est incarnée aujourd’hui par Emmanuel MACRON dont j’adhère à l’essentiel des idées et qui peut symboliser ce renouvellement. »