Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Grasse : le sculpteur Max Cartier signe

l’affiche du « Marché de la Truffe »…

Crédits:
textes par

Rendu célèbre et riche par ses Hommes de pierres et ses Hommes de fer déclinés en différents formats (mais toujours des pièces uniques), a répondu favorablement à l’invitation de son ami Adrien Maeght. Ce dernier inconditionnel du Marché de la Truffe et de ses prometteurs, notamment Jacques Chibois, maître de la Bastide Saint Antoine, lui a suggéré de réaliser l’affiche de cette manifestation festive, gourmande et pédagogique aussi.


Aussitôt dit aussi faite, l’affiche nous délivre son interprétation d’un homme Rabassier. Avec sa simplicité habituelle et son accent du Midi, il était venu expliquer lors d’une conférence de presse son travail, ses choix et tracer les grandes lignes d’un parcours artistique et humain hors du... commun.


Confié très tôt à sa grand-mère, il vit à Grasse, grâce à elle, une partie de son enfance. Une jeunesse heureuse mais austère sinon pauvre. A Nice il saisit toutes les opportunités pour survivre. Tour à tour apprenti boulanger, plombier, il prend plaisir à manipuler la matière et à lui donner forme. Il s’en souviendra le moment venu. En attendant il retrouve par hasard un copain d’enfance, Alain Delon qui l’embarque dans l’aventure du cinéma et le voilà son partenaire dans le film mythique de Visconti Rocco et ses frères…


Les années passent bien remplies en expériences diverses et variées. La restauration pas rapide par exemple. On retrouve Max Cartier sculpteur grandeur nature, se mesurant avec des blocs de rochers, des monceaux de ferrailles auxquelles il donne vie. Il vend bien mais garde la tête froide et à le côtoyer, on ne s’y trompe pas. L’homme se montre accessible, agréable et profondément humain. Il a beaucoup vécu, il a vu, il a fait, il a donné. L’homme de fer n’a pas un cœur en pierre, à 80 ans passé, il a définitivement acquis la sagesse.



- Jacques Chibois et Max Cartier -