Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Le tourisme durable : une opération délicate,

sinon écoblanchiment...

Crédits:
textes par

L'écotourisme, c'est un peu la tarte à la crème du « tourisme écologique ». Un nouveau mot qui permet d'éviter l'oxymore. Une énième récupération du système que la concurrence exaspère ; il ne lui faut rarement plus que quelques mois pour mette en place la réplique et récupérer un marché qui risquait de profiter à d'autres… Désolé...




Tiens, justement François Hollande est dans le Lot pour la promotion de l’écotourisme… Tom Rouffio de l 'agence Harp Communication nous signale que le président devrait plaider pour ce fameux « écotourisme ». Il en profite pour préciser quelques points sur les i :

« Aujourd’hui, l’écotourisme reste un mode de voyage que les Français semblent vouloir épouser ; puisque 7 Français sur 10 souhaitent partir en voyage responsable. Seulement, c’est quoi l’écotourisme ? C’est une façon de voyager, qui a pour objectif le développement économique et l’épanouissement des populations locales, la préservation à long terme des ressources naturelles, culturelles et sociales et une rencontre authentique entre les voyageurs et les populations locales. Mais pourquoi parler des plateformes d’hébergement ? Parce que les plateformes hébergement alternatif tels que MorningCroissant.fr, Airbnb… répondent parfaitement à ces enjeux et ont un rôle majeur à jouer dans la démocratisation de l’écotourisme.

Les voyageurs utilisant ces plateformes ont un impact important sur les territoires d’accueil étant donné que l’influence environnementale est moindre et qu’il y a une rencontre avec l’hôte. Car voyager chez l’habitant, c’est comme aller dormir chez un copain, l’effet sur l’environnement est anodin. Du coup, oubliez le changement quotidien des draps et des serviettes de bain, le minibar, les mini-shampoings, mini-confitures et leurs suremballages, qui ont une conséquence évidente sur la dégradation de l’environnement.

Ainsi, le nouveau modèle d’un tourisme durable ne passe-t-il pas par les nouvelles plateformes d’hébergement et plus particulièrement par les plateformes collaboratives ? Avec tous les débats dernièrement sur l’économie collaborative, il apparait intéressant de pousser la réflexion du lien entre les acteurs de la consommation collaborative dans le tourisme et les enjeux mondiaux du développement durable. »