Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Nice Métropole : l'agriculture bio

en tête de gondole.. quoique.

Crédits:
textes par

Christian Estrosi en défendeur des bergers contre les loups, on connaissait. Le politique a vite compris que les loups ne votaient pas… désolé. Sans doute a-t-il fait le même raisonnement à propos de l'agricultrice biologique. C'est un sujet porteur… De plus en plus de Français font l'effort (financier) de se tourner vers une consommation alimentaire plus respectueuse de l’environnement (moins de pesticides, protection de la biodiversité) et meilleure pour la santé. Si ce n'est pas du recyclage politique autrement dit du green washing…, mais ça y ressemble… désolé.



- pays grassois -

On est un peu surpris d'apprendre que dans un département qui n'a que trois jours de réserve alimentaire en cas de grève totale ou de catastrophe, les Alpes-Maritimes fassent partie d'une région (Paca), « qui s'est hissé au premier rang national en termes de pourcentage de surface agricoles utiles consacrées à l'agriculture biologique ». Il est vrai que Monsieur Estrosi est en campagne pour les régionales… car son département ne participe que très peu à ce tableau surprenant…


Mais qu'importe, l'ex ministre sarkozien part en guerre contre le ministre Stéphane Le Foll, que l'actualité porte aujourd'hui sur les devants de la scène. Le voilà même « au chevet de l'agriculture biologique » et prêt à se battre pour défendre toutes les filières agricoles, fier de ce « patrimoine rural d'exception (en peau de chagrin…), ADN de notre région ». On appréciera… sachant qu'il est le plus grand bétonneur de surfaces agricoles que son département ait connu… Un paradoxe de plus dont nos politiques nous ont habitué. De même lorsqu'on le voit s'en prendre à l'administration qui serait fautive. Plus précisément à une « bureaucratie qui n'est aucunement au service des citoyens... »


Christian Esrtrosi en remet une couche à propos des bergers, proies favorite des... loups. « Ils ne bénéficieront que de 20 millions € pour les 5 prochaines années contre les 35 nécessaires. Cette décision est d’autant plus inadmissible que les dégâts liés à la prédation du loup consomment 32 millions € des crédits soit 12 millions de plus que ceux attribués à l’agriculture biologique. » Où l'on se rend compte que l'agriculture biologique ne pèse pas si lourd que ça…


L'enjeu de la tête de liste Les Républicains aux prochaines élections régionales est éminemment politique et circonstancié. Pas besoin donc de dénoncer la politique européenne sur ces sujets… dommage !