Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Eric Ciotti inaugure en grande pompe

le sentier... pédestre du Cap d'Antibes.

Crédits:
textes par

Eric Ciotti, président du Conseil général des Alpes-Maritimes, a visité les travaux d’entretien du sentier du littoral du Cap d’Antibes, en présence du maire de la commune Jean Leonetti, d'Eric Pauget, 1er adjoint au Maire d’Antibes, Conseiller général et du Docteur Georges Roux, Vice-président du Conseil général.


- Eric Ciotti -


Le sentier littoral, dit aussi « sentier des douaniers », occupe une place particulière dans le paysage des Alpes-Maritimes. Il représente un linéaire total de 25 km sur un linéaire côtier complet de 185 km. Le long de cet espace côtier, le sentier du littoral du Cap d’Antibes s’étend sur une portion d’environ 2,2 km entre la plage de la Garoupe et la Villa Eilenroc. Un sentier inscrit au Plan départemental des itinéraires de promenade et de randonnée.


Des travaux de restauration, entre la plage de la Garoupe et le château de la Croë, ont été réalisés ces derniers moins afin d'améliorer le cheminement et la sécurité et de pallier aux dégradations essentiellement dues aux différents coups de mer, qui sévissent sur cette portion du littoral. Il n'est pas rare en cas de vents violents venant de l'Est ou de coups de Mistral que le chemin soit interdit, tout ou partie aux randonneurs.


Ce sentier est la conséquence des lois qui ont été prises à partir des années 70 pour rendre accessibles au public, des portions du littoral qui, de Saint Tropez (on pense notamment à la Madrague de Brigitte Bardot qui dut laisser un droit passage sur le front de mer de sa propriété) jusqu'à Menton, avaient été confisqués depuis des lustres par des propriétaires. Une appropriation qui s'expliquait par un flou juridique et il faut bien l'avouer par la complicité des élus qui faisaient mine de de rien voir. Seuls les locaux qui ne pouvaient plus se rendre sur leurs lieux de pêche constataient cette confiscation du territoire. En 1986, la « loi littoral » était venue faire le ménage et mettre les points sur les i. De nombreuses portions du littoral furent ainsi rendues à nouveau publiques. Il n'y a pas si longtemps, un riche russe avait pris la liberté de commencer des travaux pour se construire un débarcadère très... perso. Des marcheurs, se rendant compte de cette démarche alertèrent les autorités qui durent faire un « rappel à la loi ».




Le succès de ces 25 km de sentiers est phénoménal et confirme un besoin ressenti par la population de profiter de la nature. Plaisir des yeux, promenade de santé, tout est là ! L'importante fréquentation ne manquera pas de poser à terme la problématique d'une surfréquentation qui se fait déjà sentir certaines fins de semaine. Le même phénomène se fait sentit sur les îles de Lérins, au Parc de la Valmasque à Mougins et à celui de la Croix des Gardes à Cannes. La façon la plus logique de répondre à cette demande légitime et de bon aloi, consisterait à créer de nouveaux parcs publics, chemins de randonnées près des agglomération du bord de mer, de prolonger aussi ce sentier du littoral. Il y a encore quelques kilomètres à récupérer, sous réserve d'aménagements adéquat.