Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Recyclage des lampes : le verre est-il à moitié vide

ou à moitié plein ?

Crédits:
textes par

Grâce à l’implication présumée des Français dans le recyclage des lampes, l'organisme chargé de les collecter se félicite de son bilan : 43 millions de lampes à économie d'énergie récupérées rien qu'en 2014.


Sans doute doit-on s'en féliciter sans pour autant s'en satisfaire car ces lampes collectées correspondent au fond, avec 340 millions d'exemplaires sur la période 2006/2014, qu'à seulement 43% de la somme estimée des lampes usagées. Reste donc sur le carreau, c'est à dire dans les décharges ménagères et dans la nature, plus ou moins 400 millions de lampes.


Les éléments d'informations fournis par la société Récylum, éco-organisme à but non lucratif, chargée de l'opération, mettent en évidence le fait que si 90% des Français sauraient que les lampes se recyclent et que 86% d'entre eux (ça parait beaucoup) auraient repéré le bac de collecte le plus proche de chez eux, seulement 66% déclareraient déposer leurs lampes usagées dans l'un des 17 000 bacs mis à leur disposition dans les commerces et les déchèteries (un nombre qui semble loin d'être suffisant pour couvrir tout le territoire).


Mais les lampes à économie d'énergie ne sont pas être la panacée. C'est du moins ce que suggèrent certains. Elles ne seraient en fait ni économiques (elles sont très chères à l'achat), ni écologiques et même dangereuses pour notre santé. Certains évoquent aussi un scandale mettant en doute l'intérêt d'avoir programmé la fin des ampoules à incandescence pour le plus grand bénéfice d'industriels qui se frottent les mains… [cela n'est pas sans rappeler un autre scandale, l'obligation, sous peine d'amende, pour tout possesseur de voiture de se doter d'alcootest… on sait ce qu'il en advient]. On va peut-être finir un jour par s'apercevoir, ici aussi, que le remède est pire que le mal.


En tout, cas ce n'est pas du ressort de « Récyclum ». L'entreprise se réjouit à juste raison, d'avoir dépassé de près de 10% les objectifs fixés. Ils étaient de 28 000 tonnes collectés sur la période 2006/2014 alors que 31 000 tonnes l'ont effectivement été. Satisfécit pondéré par la tâche qu'il reste encore à accomplir avant que cette pratique écocitoyenne, ce véritable souci de l'avenir des générations futures, entre vraiment dans les mœurs.


Petites remarques discordantes à propos des chiffres divulgués aux médias. Ces lampes bien plus chères que les lampes à incandescence désormais bannies, nous ont été vendues et vantées pour durer longtemps (une bonne dizaine d'années au moins). Une affirmation que paraît infirmer le fait que, mises sur le marché depuis peu d'années, un nombre impressionnant d'entre elles qui partent déjà au rebut… On nous aurait menti ?


Quand aux risques courus en cas de casse dans un appartement, cela donne froid dans le dos... tant la toxicité de ses composants (essentiellement le mercure) lâchés ainsi sur le parquet est grande. Et ce, malgré la minimisation qui en est faite. Sur le site « Ma lampe.com », il est conseillé dans ce cas de figure de ne pas… paniquer. Il suffit d'aérer, de quittez la pièce 15 minutes, de ramasser les brisures avec précaution, surtout pas avec un aspirateurs, qui seront enfermer dans un sac qu'il faudra apporter en magasin ou déchèterie. Sûr, tout le monde va s'empresser de le faire...