Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Mouans-Sartoux : les convictions de la Majorité

ont des limites...

Crédits:
textes par

La cité gérée depuis 40 ans par des « verts à l’extérieur et rouges à l’intérieur », s’est faite sa pub en prônant le développement durable et la lutte des classes. Un élu de l’opposition, Christophe Chalier, s’est fait plaisir en mettant en évidence quelques petits... paradoxes.


Son attention a été notamment attirée par le vote en conseil municipal, autorisant le Maire, André Aschieri, « à encaisser un chèque de 5 000 € de la fondation Nestlé récompensant la qualité de sa restauration scolaire aux Nids d’Or 2014 ». C’est bien sûr toujours bon à prendre et le concept d’une restauration durable n’est pas à remette en cause, sauf que Mouans-Sartoux s’est toujours positionnée contre les grands groupes exterminateurs du petit commerce, style... Ikéa. Son maire a aussi défendu le bio et l’agriculture raisonnée. Pas vraiment la tasse de thé de la multinationale tentaculaire suisse... ni de sa fondation/alibi qui a pour vocation «  d’étudier les comportements alimentaires des Français ».

Fort à propos, Christophe Chalier rappelle à ceux qui l’auraient oublié quelques vérités à propos de Nestlé. Notamment que le leader mondial de l’agroalimentaire a du sang sur les mains. La distribution, vers la fin des années 70, de lait maternisé dans des régions d’Afrique où rares sont ceux qui ont accès à de l’eau propre à la consommation, continuerait, selon l’UNICEF, à provoquer de nombreux... drames. Le journal Libération titrait même en 1998 : le lait pour bébé, plaie des pays pauvres. 1,5 million de nourrissons meurent chaque année faute d’être alimentés au sein.

Le moins qu’on puisse dire c’est que la politique commerciale ultralibérale de Nestlé fait polémique et qu’il est difficile de l’ignorer surtout pour un maire altermondialiste et parfaitement au courant des problèmes liés à la santé. Ne s’était pas vu confié par Lionel Jospin la rédaction d’un rapport sur les risques sanitaires liés à l’environnement, et publié dans la foulée « La France toxique, santé, environnement : les risque cachés » ?

Il semble donc bien qu’il y ait une... étrangeté remarquable entre le fait d’accepter un cadeau de Nestlé, si relativement modeste soit-il, et celui par exemple de voter une subvention de 20 400 € pour six projets directement liés au domaine de l’eau et de l’assainissement sur le continent africain. N’eut-il pas été plus logique et surtout plus... équitable que ce soit Nestlé qui finance avec les moyens colossaux qui sont les siens, ces programmes africains ?

Cette singularité qui frise le contresens est confirmée par l’invitation d’André Aschieri à la présidente d’ATTAC, Susan George, venue donner une conférence à Mouans-Sartoux sur le thème « Comment les multinationales prennent le pouvoir sur nos vies et nos démocraties ». N’est pas cohérent qui veut ! CQFD.