Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Serre-Chevalier... le souffle des grands espaces montagnards.

Une grande station qui a choisi de garder son caractère authentique.

Crédits:
textes par

À l’instar des grands domaines skiables d’altitude, comme Chamonix ou Val d’Isère, Serre-Chevalier cultive, un peu à l’écart, ses différences. Encerclée par une nature sauvage à apprivoiser plus qu’à conquérir, c’est aussi une belle entrée en matière pour pénétrer dans le Parc national des Écrins.


- Monêtier les Bains -

« Serre Chevalier Vallée », c’est une entité qu’il convient de découvrir. Succession de villages et de hameaux qui, dans leur diversité complémentaire, ont peu à peu forgé son unité. Quant à sa relative difficulté d’accès, elle est devenue un atout qui a contribué à résister, plus que n’ont su le faire d’autres stations, aux pressions des grands groupes.

Tout au long de la vallée de la Guisane, à l’ouest de Briançon, et en direction des mythiques cols du Lautaret et du Galibier, les pistes de ski et les départs de randonnées à raquettes (ou pédestres en été) se succèdent. De la ville forteresse, on prend progressivement de la hauteur. Saint Chaffrey, Chantemerle, Villard Laté, Villeneuve, Le Bez, La Salle les Alpes, Le Monêtier les Bains, Le Casset et Le Lauzet, dernière étape avant les cols... jalonnent le parcours. Sur ces vingt-cinq kilomètres ponctués de mélèzes et de cours d’eau, chacun de ces lieux revendique ses spécificités. Spécificités liées à son histoire et un climat qui devient de plus en plus dur au fur et à mesure qu’on prend de l’altitude. La commune de La Salle par exemple fut longtemps la plus industrielle tandis que celle de Monêtier restait attachée à sa ruralité.

La vogue du ski et sa supposée démocratisation ont changé la donne et conduit à de sérieux changements. L’Or blanc a  apporté une prospérité qui a fixé les populations et attiré de nouveaux venus. S’ils restent, c’est qu’ils aiment ! Beaucoup revendiquent d’ailleurs un choix de vie, un amour de la nature et de la montagne, arguments entendus par les autochtones. C’est ainsi que s’est construite une intercommunalité qui était déjà sur le bon chemin puisqu’un seul Office de tourisme était chargé de la vallée et que, depuis 2005, le domaine skiable (250 kilomètres de piste) est géré par une même structure au grand bénéfice des pratiquants.

- le tipi , élément essentiel avec la yourte et l'igloo, de l'aventure selon... Altaï -

Depuis une vingtaine d’années, les activités en station ont élargi leur offre. On ne skie plus seulement sur des pistes damées accessibles par remonte-pentes et téléphériques. On skie léger, on skie nordique et les parcours qui joignent les villages et les hameaux entre eux sont un terrain idéal et sécurisant. Il y a aussi les raquettes à neige qui ont gagné de nombreux adeptes. Outre des balades très accessibles, la géographie se prête aussi à des aventures plus sportives. Sous la férule d’un accompagnateur en montagne (c’est le conseil que nous donnons), on pourra envisager des randonnées spectaculaires à la rencontre des chamois et des bouquetins qui prennent leurs quartiers d’hiver sur les pentes. Ils se sentent parait-il protégés dans ce site, limitrophe du Parc national des Écrins. Une formule tout compris nous a particulièrement ravis. Au dessus du Le Lauzet, notre accompagnatrice, Rachel, nous a ainsi fait visiter (raquettes fournies), un site spectaculaire, hameau perdu dans les neiges, avec en prime, l’approche d’un bouquetin, « Jean-Claude », ambassadeur docile (sans doute à la charge de l’OT), et une boisson chaude...

Mais d’autres animations sont aussi rendues possibles grâce à l’esprit d’initiative et le volontarisme de ceux qui vivent pour la montagne et de la montagne. Ainsi Rachel, toujours elle, et Katia ont monté un programme très varié. Outre les promenades faciles ou sportives en raquettes, elles ont installé près du village du Le Casset, un tipi indien, une yourte mongole et, lorsque les températures le permettent, un igloo. Bases pour une sortie nocturne avec apéro montagnard et fondue ou raclette, lieu pour organiser un anniversaire inoubliable, un séminaire atypique, une sortie scolaire ou pour simplement vivre une expérience en dehors des... pistes battues.

Last  but not least, le « ski-joering », autre alternative au ski de piste. Dans son ranch du Grand Aigle, sis dans le hameau du Le Lauzet, Polo nous attendait pour nous faire goûter à ce sport de glisse peu connu et peu pratiqué. Skis aux pieds, tiré par un de ses chevaux, l’expérience est intense, enivrante et joyeuse, rires garantis aux rythmes des chutes et de l’humeur des montures... 

- ski-joering -

Question hébergement, on a l’embarras du choix entre hôtels, gîtes, chambres d’hôtes et autres chalets qui fleurent bon le bois de mélèze. Il nous a été donné de séjourner à l’Hôtel Alliey dans le village de Monêtier. Créé en 1873 l’hôtel était une étape incontournable sur la route des grands cols alpins. Affaire familiale reprise par Hervé et Éliane Buisson, ces derniers ouvrent un spa en 2000, construisent de nouvelles chambres (deux et trois étoiles) ainsi que plusieurs studios et duplex. Enfin une piscine chauffée et découverte vient compléter l’offre. Un sacré atout pour les clients qui, après avoir skié ou randonné se plongent dans l’eau chauffée, la tête dans les étoiles puis se détendent dans le spa et le Hammam... 

Mais l’Hôtel Alliey, c’est non seulement un hôtel et une résidence mais c’est aussi un restaurant ouvert sur l’extérieur. Julien Momon, le chef, à peine installé, s’est fait apprécié par sa cuisine originale et savoureuse qui marie avec bonheur les senteurs de sa Corse natale et les classiques de la cuisine montagnarde. Du haut de ses 30 ans, Julien a déjà œuvré dans de belles adresses : la Villa à Calvi, chez le MOF Christian Bacquié, à Cannes à La Belle Otero avec Francis Chauveau, ainsi qu’avec Philippe Artaud, actuellement au Royal Golf de Mougins, dont il est resté très proche.

- les Bains de Monêtier - photo Christophe Palot/Agence Zoom -

Remarquable particularité de ce même village, ses sources chaudes thermales connues pour leurs actions bénéfiques en rhumatologie, dermatologie et gastroentérologie. Il y a plus ou moins 2000 ans les envahisseurs Romains y envoyaient leurs légionnaires soigner leurs plaies... Après divers aléas, la station retrouvait ses classiques quand la municipalité de l’époque ouvrit en 1999 Les Petits Bains. Devant le succès remporté, elle se lança dans un programme beaucoup plus ambitieux. Ainsi naissaient en 2010 Les Grands Bains, un espace thermoludique de 4000 m2, avec d’immenses bassins intérieurs et extérieurs, un jacuzzi à l’air libre, des lits bouillonnants, saunas, hammam et... un restaurant tout a fait correct. Donnés en exploitation à la société spécialisée Valvital, ces Grands Bains connaissent une impressionnante réussite et sont devenus une incontestable aubaine qui vient compléter l’offre de Serre Chevalier Vallée. Quoi de plus singulier que de finir sa journée de ski ou de randonnée par un bain de... jouvence dans l’eau thermale, bouillonnante et chaude à souhait. Un bon moyen de soigner ses... éventuelles courbatures ou simplement de se détendre. Le corps plongé dans de l’eau thermale à 37°, quel beau spectacle en hiver que ces proches montagnes enneigées !

Amateurs de culture et d’art guerrier, les visiteurs de la Vallée devront trouver le temps de visiter Briançon. Longtemps ville la plus haute d’Europe (1326 mètres d'altitude), elle ouvre sur un vaste territoire alpin tempéré par le climat méditerranéen. Fortifiée par Vauban, elle-même protégée par des forts d’altitude la rendant quasi imprenable, la ville est fièrement perchée sur un pic rocheux. Désormais inscrite au Patrimoine mondial de l’humanité, elle le vaut bien !

 

Points de repères :

  • Les réservations d’hôtels peuvent se faire à partir du site Internet de l’Office de Tourisme de « Serre Chevalier Vallée ». De même pour régler son forfait ski (nombreuses possibilités, à la journée, à la semaine, pour le week-end, en famille, couplés avec les Bains thermaux...).
  • Hôtel Alliey & Spa - aussi résidence hôtelière et restaurant - 11, rue de l’École - Monêtier les Bains – tel. 04 92 24 40 02.


  • Outre la cuisine remarquée de Julien Momon cité plus haut, L’Auberge du Choucas, Châteaux & Hôtels Collection, tenue par Nicole Sanchez Ventura, ambitionne une étoile au Michelin. Un défi qui semble à la hauteur du chef Hilaire Venacter - Monêtier les Bains - tel. 04 92 24 42 73.
  • Altaï - randonnées raquettes - animations - Katia et Rachel - Le Casset - tel. 06 49 95 91 92.
  • Ranch du Grand Aigle - Centre équestre – balades et randonnées - ski joering - tel. 04 92 24 56 88.
  • Charcuteries montagnardes, saucisses au chaud, fondues, beignets de tourtons, ravioles de pomme de terre et de fromage, oreilles d'âne, le local est souvent privilégié comme les confitures et le miel de pays au petit-déjeuner de mon hôtel... Franck et Odile, « Bergerie des Guibertes » - fromages de brebis et produits tirés de l’élevage des canards - tel. 04 92 24 48 84.
  • Les vins des Hautes-Alpes, indication géographique protégée, méritent une mention. Ainsi les productions issus du Domaine des Treilloux, notamment un Chardonnay expressif. Ou cet autre blanc, un Viognier, du Domaine de Tresbaudon, 1ère Médaille d'or du département a avoir été obtenue au concours Général de Paris en 2005...
  • Briançon ville d’art et d’histoire (photo ci-dessous) - fortifications inscrites au Patrimoine de mondial de l’UNESCO - OT - tel. 04 92 21 08 50.

OT Serre Chevalier Vallée - de Briançon au Galibier - Hautes Alpes - tel. 04 92 24 98 98