Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Tweets aoûtiens

en vadrouille...

Crédits:
textes par
Catégorie Pieds dans le plat

La version longue. Désolé !

  • #Bernard_Tapie a repris la mer. Il navigue toutes voiles dehors. Une façon de parler car le moteur de son yacht de 76 mètres de long, disposant de cinq ponts et d’une piscine extérieure, consomme des quantités astronomiques de gasoil. Pas suffisant pour cet ex et fugitif ministre de François Mitterrand bien sûr avec les grosses unités de Roman Abramovitch (171 mètres), de Rachid Al Maktoum (162 mètres) ou de Paul Allen (127 mètres)... Mais ce n’est qu’un début pour cet homme qui a fait dix mois de prison et n’a rien perdu de sa superbe. Il pourra faire mouiller son nouveau caprice dans le port de Marseille dont d’ailleurs certains le voient bientôt maire. À moins que, préférant la discrétion, il le laisse au mouillage à Monaco. Ah, j’oubliais, quel est le pavillon qui flotte sur Reborn, le nom du yacht à 40 millions € et dont l’entretien voisine les 5 millions € par an ? Le pavillon de l’île de Man, un paradis fiscal accessible aux milliardaires qui échappent ainsi à des impôts jugés indécemment. Pourquoi en effet payer plus quand on peut payer moins ! Ce n’est pas Yannick Noah, la personnalité préférée des Français ou l’inestimable Alain Delon qui diront le contraire... 
  • Dans une interview posthume, le cardinal Carlo Maria Martini (on the rock) règle ses comptes ou plutôt ceux de l’#Église qu’il a si longtemps servi. Le nonce sait de quoi il parle. Il a été spectateur privilégié et, à l’insu de son plein gré, acteur de toutes les dérives, de toutes les erreurs de casting, de tous les mauvais choix des dernières décennies. Sans pourvoir rien faire ou si peu. Pourtant, il ne s’est pas privé d’alerter ses collègues, le pape lui-même, omniscient par statut divin, ne pouvait ignorer ses critiques. En affirmant publiquement dès 2008, que l’Église avait 200 ans de retard sur des dossiers comme le divorce, le préservatif, la pédophilie de certains prêtres, il avait hypothéqué ses chances de devenir pape. Pourtant il avait l’âge idéal pour y prétendre, 71 ans... Or, il semble que sur notre Planète Homme, les religions ont peur du vide. La place abandonnée par les Chrétiens qui ont délaissé croyance et pratique religieuse, a été prise sans combat par l’Islam. Mais si l’Église catholique avait selon le cardinal défunt déjà 200 ans de retard en 2008, que dire de l’Islam dont les textes sont interprétés audacieusement et tendancieusement par des imams, plus avides de pouvoir temporel que spirituel ? 
  • Cacophonie nucléaire au gouvernement Ayrault. La ministre de l’#Écologie, Delphine Batho, accentue la thèse d’une dépendance durable envers l’énergie atomique, soutenant les déclarations d’Arnaud Montebourg en la matière (une filière d’avenir). Le ministre du Travail, Michel Sapin, essayant d’éteindre les feux allumés ne rassure pas vraiment les verts européens français. Sans doute ont-ils déjà compris que dans ce jeu là, ils sont dupes, qu’ils comptent pour du beurre, mais du beurre bio évidemment. Mais qui est donc Delphine Batho, un monocoque ou un catamaran pas marrant ? 
  • Va-t-on demander comme en Grèce et en Espagne aux #fonctionnaires de combler le déficit budgétaire et le trou de la SS ? Ils représentent en effet les éléments de base de la nouvelle classe moyenne française et cela même si leur pouvoir d’achat est en baisse. Mais évidemment, c’est une sorte de tonneau des Danaïdes car les fonctionnaires sont payés par les autres... contribuables. Donc, leur prendre de l’argent ou ne pas leur en donner plus, revient à diminuer leur pouvoir de... dépenser et de créer de la prospérité, si artificielle soit-elle. Cela me fait penser à la blague que me racontait mon père à propos de ce commerçant qui cassait les prix. Je perds un peu sur chaque item vendu mais je me rattrape sur le nombre, se vantait-il. Si des millions de petits fonctionnaires ne touchent guère plus que le SMIC, d’autres, plus haut dans la hiérarchie, accumulent les privilèges et les primes. Les hommes de Bercy cherchent le moyen de rogner sur ces niches fiscales. Y parviendront-ils ? En ce début de mandat présidentiel, c’est le meilleur moment pour le faire. C’est le temps des réformes qui a (peut-être) commencé. Ce que Nicolas Sarkozy n’a pas eu le temps de faire, Hollande le fera-t-il ? La chasse aux privilèges est en tous les cas ouverte. Qu’on se le dise au fond des bois, de Vincennes à Boulogne !