Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Le Cannet : un Bistrot gastro...

c'est dans le vieux village, à quelques ruelles du Musée Bonnard. Claude Sutter y fait merveille.

Crédits:
textes par

Il est des adresses, comme des destinations, qu’on aimerait garder pour soi. Egoïstement, on voudrait s’y retrouver en petit comité, entre amis... mais, en chroniqueur consciencieux, je me dois de partager sans exclusive mes expériences de voyages... culinaires.



Le Bistrot Saint Sauveur a ouvert il y a à peine quelques semaines . L’on s’y presse déjà, signe que le bouche à oreille a fonctionné tout à son avantage. Il est vrai qu'on se sent à l’aise dans un espace optimisé. L’accueil est parfait, bien au-delà de ce qu’on attend d’un établissement de ce genre. Le décor, qui mise sur la simplicité donne le ton, celui de la qualité et du bon goût.  

Claude Sutter, à l’origine de cette nouvelle adresse, n’est pas n’importe qui. Ancien chef étoilé du restaurant À la Barrière en Alsace, il a fait une première incursion sur le littoral méditerranéen en prenant en mains les cuisines du Palm Square à Cannes. En parlant de cuisines, celles du Bistrot sont situées un étage en dessous et couvrent quasiment la même superficie que la salle du restaurant (40 couverts), ce qui permet au chef et à son équipe de travailler dans des conditions optimales de confort... La carte se veut représentative de plats qu’on trouve de moins en moins, en tout les cas, pas à ce niveau de recherche. On y trouve ainsi avec gourmandise une Crème de lentille acidulée, saumon rôti au lard, un superbe Pâté en croute salade de mesclun, croûtons, et l’Assiette Saint-Sauveur (terrine de tête de cochon, œuf mimosa, hareng à l’huile.

La Timbale de joues de bœuf en miroton, pomme purée est un must, de même la Poêlée de rognons et ris de veau financière, spaëtzle au beurre. Que dire de l’Andouillette grillée AAAAA, sauce moutarde, pommes frites ou de la Poêlée de penne, lapereau et queue de bœuf, jus réduit aux aromates ? Que du bien ! Pour les « becs sucrés », expression volée aux Québécois, on reste dans la note bistrot avec un Baba au rhum, crème chantilly vanillée, un Millefeuille léger ou une crème brûlée... La carte des vins est tendre et les prix forts raisonnables, le Côte de Provence du Domaine de Jade 2011 est à 18 €.... Œnologue averti, Claude Sutter a pris soin d’y mettre aussi des grands crus de Bourgogne, des Nuits-Saint-Georges, des Gevrey-Chambertin, des Pommard et même un Grands-Echezeaux, Domaine De La Romanée-Conti 2001. De quoi satisfaire les amateurs les plus avertis.

Il est rare d’être aussi définitivement conquis par une proposition et sa réalisation. Bravo pour cette initiative qui vient heureusement compléter l’offre gastro du Cannet et donner un peu plus d’animation et de crédibilité à ce quartier qui ne manque pas de charme ! 


- Pâté en croute grande tradition aux noisettes -

  • Bistrot Saint-Sauveur - 87, rue Saint-Sauveur - 06110 Le Cannet - tél. 04 93 94 42 03 - Formules du midi. Plat du jour, 12,50 €. Plat du jour + entrée ou dessert du jour, 15,50 €. Plat du jour + entrée ou dessert du jour + 1 verre de vin + 1 café, 20 €. Plat du jour + entrée du jour + dessert du jour + 1  verre de vin + 1 café, 24 €.  Menu à 28 €, hors boissons, midi et soir toute la semaine. Menu enfant 7 €. Qui dit mieux !