Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Nice : Lenval et le CHU pas encore en phase...

c'est le moins qu'on puisse dire.

Crédits:
images par

Pierre Costa, Préfet Honoraire et le Dr Jean-Luc Clément, Président de la Commission Médicale, appellent la direction du CHU au calme et à la... loyauté.

- ciel d'orage...

Le Bureau du Conseil d’Administration et le Bureau de la Commission médicale de la Fondation LENVAL ont fait le point, lors de leur dernière réunion mensuelle, sur le dossier brûlant du GCS Hôpitaux Pédiatriques de Nice CHU-LENVAL. 

Les parties se sont tout d’abord étonnées de la multiplication de communiqués de presse agressifs, émanant de leur partenaire, le CHU de Nice, et de l’agacement manifesté par son Directeur Général. En effet, les enjeux du GCS expérimental mis en place pour une durée de 4 ans sont suffisamment importants pour imposer à chacun de conserver le sang-froid nécessaire à la recherche de solutions partagées.

À cet égard, les Administrateurs et les représentants de la Commission médicale confirment que les dernières propositions ministérielles appellent des précisions, tant sur le périmètre d’un éventuel ESPIC que sur son administration. Ces précisions, qui ne sont quand même pas minces, ont été demandées en temps et en heure et le Conseil d’Administration de la Fondation s’est engagé à délibérer sur le sujet sitôt qu’elles lui seront communiquées.

Ils souhaitent rappeler par ailleurs que le GCS Hôpitaux Pédiatriques de Nice a été créé pour une durée indéterminée en tant que structure de droit privé : sa transformation éventuelle en ESPIC n’impose donc aucune concession particulière au CHU, sauf bien entendu si celui-ci entend revenir sur sa signature.

L’Administrateur du Groupement a été désigné lors de la première réunion de l’Assemblée Générale présidée par  Madame Simone VEIL, pour une durée de 3 ans, conformément aux statuts du Groupement. Aucune des raisons successivement évoquées pour remettre en cause cette désignation n’a résisté à l’analyse. Il n’y a donc strictement aucune décision à envisager dans ce domaine.

La Fondation LENVAL constate en revanche que le Comité médical, dont la Présidence incombe en vertu de la convention constitutive à un médecin du CHU, ne fonctionne plus et s’interroge sur le point de savoir si ce blocage a été décidé par le seul praticien concerné ou s’il correspond à une volonté délibérée de son partenaire. Si ce n’était pas le cas, elle attend au moins du CHU de Nice qu’il l’exprime clairement.

Dans ces conditions, il est tout de même piquant de lire dans un récent communiqué que la Commission médicale du CHU, sans doute informée dans des conditions peu objectives, trouverait la concertation insuffisante au sein du Groupement alors que c’est le fonctionnement des instances médicales qui a été délibérément interrompu.

La Fondation veut cependant croire que son partenaire hospitalo-universitaire, dans ses différentes composantes, saura à l’avenir se garder de polémiques bien inutiles. Elle l’appelle au contraire à s’engager loyalement dans le bon fonctionnement des instances prévues contractuellement entre les parties, avec l’approbation de l’Etat, et plus généralement pour la réussite de l’expérimentation en cours.  CQFDire !