Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Pour aider à vivre et

à comprendre...

Crédits:
textes par
Catégorie pour aider à vivre

« Celui qui aime vraiment la vérité ne s'enrôle dans aucun parti, ne suit aucune doctrine, n'élabore aucun système. »


  • À celui qui réfléchit, tout peut paraître étrange ; tout peut paraître extraordinaire à celui qui observe.
  • Il nous arrive d'être heureux sans le savoir, mais rarement d'être malheureux en l'ignorant.
  • De toute façon, le temps passe et tout notre problème consiste à le passer bien plutôt que mal.
  • Si tu ne veux pas être commandé par autrui, il faut que tu sois capable de te commander toi-même.
  • Notre civilisation est fille de progrès, mais le progrès n'est-il pas fils de la confusion ?
  • Il n'y a pas de mérite à être spontanément courageux. Il n'y en a pas plus à être naturellement fort. Il y en a à le devenir. Dans ce sens, le mérite est ce qui coûte un effort sur soi-même. Le mérite est le contraire du don.
  • La solitude c'est la seule compagnie de soi-même. On comprend qu'il soit des gens à qui elle est insupportable.
  • Dans le présent d'un être humain, le passé compte bien plus que l'avenir.
  • Il est plus facile de penser sagement que de vivre sagement.
  • Il ne faut pas trop fonder sur la chance, il ne faut pas compter sans elle.
  • Le talent de beaucoup d'artistes d'aujourd'hui consiste dans l'art d'attirer l'attention sur eux.
  • En disant « je t'aime », comment ne pas s'apercevoir de la contraction entre le je et le toi de telle façon qu'elle en fait une affirmation d'égoïsme ?
  • On ne résiste aux contraintes extérieures qu'en s'imposant des contraintes intérieures.
  • Ce qui fait à coup sûr de l'homme l'animal le plus étrange, c'est autant sa sottise que son intelligence.
  • Ce ne sont pas toujours les coupables qu'il faut punir, ce sont les méchants.
  • Les plus forts peuvent défaillir, les plus faibles peuvent montrer de l'audace. Les meilleurs peuvent faillir, les pires sont eux aussi capables de beaux gestes.
  • Quelle est la part qui revient dans notre existence à la fatalité, à la chance, au hasard ou à nos mérites ? Ce qui nous arrive est-il davantage dû à notre valeur ou aux circonstances fortuites ? Il est difficile de répondre. La sagesse consiste à faire de son mieux pour ce qui dépend de nous. Laissons au destin la part qui est la sienne.
  • De nos jours, il en est beaucoup qui croient voyager, alors qu’ils se déplacent seulement.
  • Les séducteurs sont des êtres à qui il importe peu d’être aimés pour ce qu’ils sont.
  • La qualité de nos actions dépend en grande partie de la qualité de notre attention.
  • Le pessimiste pense que les gens sont des salauds, l’optimiste qu’ils sont plutôt bons, le sceptique qu’ils sont ce qu’ils sont.
  • Il importe de savoir distinguer entre l’entêtement stérile et la persévérance efficace. Un homme d’action sait s’arrêter lorsqu’il le faut.
  • Les animaux ne sont jamais sots, mais les humains sont souvent des bêtes.
  • Savoir que la déception est toujours possible rend les déceptions moins pénibles.

F.D. années 1970 à 80