Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Écologie et politique : qui de DSK et de Christian Estrosi lave plus blanc ?

Crédits:
textes par
Catégorie Pieds dans le plat

Nous qui pensions que Jean-Marie Le Pen, était le seul « homme aux mains propres »... et à la « tête haute »...

  • Si les communistes n’ont jamais brillé pour faire l’apologie de l’écologie, ni manifesté beaucoup d'intérêt pour défendre l’environnement, protéger la biodiversité, le cadre de vie et autres thèmes tournant autour du développement durable (tout est dans le productivisme !), les socialistes ont, eux, découvert bien tard les vertus… électorales de l’Écologie. Une voix est une voix, un bulletin un bulletin et, même ceux des Verts dans leur nouvelle mouture EELV, sont bons à prendre. Quel ne fut pas notre étonnement donc, lors d’un fort long reportage sur DSK, l’homme fort du FMI, suivi pas à pas jusque dans… sa salle de bain, d’entendre ce dernier expliquer aux reporters la façon astucieuse qui lui permettait de défroisser ses costumes, de le voir les accrocher à un cintre à la barre de la baignoire, le truc étant de laisser ensuite couler plusieurs dizaines de minutes l’eau chaude aux robinets, porte fermée. La vapeur ainsi générée faisant le reste… Que des avantages selon DSK : du temps gagné et des économies de pressing. Question écologie et facture carbone, disons que c’est moins convaincant. Curieusement, interviewé à l’émission de Michel Denisot sur Canal+, l’incarnation même de l’Écologie, j’ai nommé Daniel Cohn-Bendit, ne voyait pas le lien entre cette pratique peu charitable pour la planète et le message véhiculé. Il fallu que le chroniqueur, Yann Barthès, lui mette les points sur les i. Il eut droit en retour à un petit haussement d’épaules qui nous laissa penser qu’il y avait des choses plus importantes pour sauver la planète que de se préoccuper des costumes « steamés » (expression québécoise = à la vapeur) de Dominique Strauss-Kahn… Qui a dit que tous nos actes étaient significatifs ?
  • Question pressing, le cas Christian Estrosi, révélé hier par le JDD (ce n’est donc pas un poisson), est édifiant. La Cour des Comptes lui réclame une facture de teinturier de 14 000 €. Une paille bien sûr dans le budget de la nation. Ça me fait penser au syndic de ma copropriété. Chaque fois qu’on râle pour une facture, il nous dit : mais partagée entre tous les copropriétaire, ça fait pas grand-chose ! On peut imaginer que, question qualité, ses costumes… le valaient bien. Question économie, le leader de la droite azuréenne perd le match contre DSK (on peut supposer en effet que la facture d’eau chaude de ce denier est moins élevée que le coût du pressing). Mais, question respect de l’environnement, match nul (les produits chimiques utilisés chez les teinturiers sont particulièrement polluants). Qu’en pensent au final les contribuables, surtout ceux qui ont la corde écologique sensible et tous les autres qui crachent régulièrement au bassinet ?