Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Côte d’Azur : quand les Chefs cuisinent pour le Japon...

c’est pour la bonne cause, pour exprimer leur solidarité à un peuple touché au plus profond de sa chair par l’atome.

Crédits:
autre

Ironie du sort, le Japon qui n’avait accepté en 1945 une capitulation sans condition qu’après avoir subi les frappes aériennes atomiques d'Hiroshima et Nagasaki, est à nouveau touché par l’atome. Cet atome qui, même utilisé à des fins civiles se révèle à l’usage beaucoup dangereux qu’il ne passerait au premier abord. Là-bas comme en Russie ou en France, les autorités avaient garanti que tout serait fait pour assurer, dans la plus grande transparence, la totale sécurité des installations produisant de l’énergie électrique. On sait ce qui s’est passé à Tchernobyl, à Three Mile Island aux USA et l’on ne compte plus les incidents dans les centaines de centrales nucléaires installées partout à travers le monde.

Le Japon est en train de payer au prix fort une politique pas suffisamment cohérente en matière de gestion et de sécurité. Le mal est fait même si les risques ne sont pas totalement écartés. Souhaitons que ce terrible et mortel avertissement force les autorités de tous les pays du monde de mettre le dossier du nucléaire à plat.

À propos de plats, puisqu’il s’agit d’un gala gastronomique, saluons l’initiative du critique gastronomique Marc Brunoy et du Chef Keisuke Matsushima qui ont lancé l'association « Solidarité Chefs pour le Japon ». Ils organisaient, lundi dernier un premier gala destiné à récolter des fonds destinés à apporter un soutien financier au pays du soleil levant.

Ce coup d’essai fut parfaitement réussi qui réunissaient 150 convives bienfaiteurs au Salon Azur du Palais de la Méditerranée à Nice. Étaient présents les adjointes au maire, Dominique Estrosi-Sassone et Joëlle Martinaux, représentés aussi, le Conseil Général des Alpes-Maritimes et l’Office du Tourisme de Nice.

Les bénéfices de cette première soirée de bienfaisance pour les Japonais touchés par le tsunami se sont élevés à près de 18 000 € et seront reversés intégralement aux associations caritatives japonaises partenaires.

  
  • les chefs au Palais de la Méditerranée… photo Frédéric Santos -

La cinquantaine de cuisiniers, serveurs, sommeliers et hôtesses d'accueil, tous venus travailler bénévolement pour l'occasion, ainsi que la générosité des fournisseurs auront permis de réaliser cette soirée. Six Chefs de Nice, bénévoles eux aussi, ont régalé les convives avec une succession de six plats hauts en saveurs : La crevette bleue en amuse bouche par Sébastien Vesse (Restaurant Le 3e, Palais de la Méditerranée) ; Le tourteau et le petit pois, fine gelée de crustacés au gingembre, crème acidulée par Mickaël Gracieux (L’Aromate*) ; Le bouillon de sol l'y laisse à l'ail frit et vermicelles de soja, radis craquant sauce tosazu, coriandre et noix de coco par David Faure (Aphrodite*) ; La lotte poêlée aux feuilles de shizo, artichaut violet et purée d'ail” par Christian Plumail (L’Univers*) ; Le millefeuille de bœuf Simmenthal sauce wasabi par Keisuke Matsushima* ; Le biscuit mœlleux à la pistache, compotée de mangues rôties, mousse de fromage blanc aux zestes de citrons, sauce goyave parfumée au thé vert par Jean-Denis Rieubland et son chef pâtissier Jean-Charles Boucher (Chantecler*, Hôtel Negresco).

L'association remercie aussi pour leur donation et participation: Le Palais de la Méditerranée, Abrildesign (logo), Clément Design (vestes des 6 Chefs et tabliers), Cash-Fruit, Cristal Bay, Fournil Borriglione, Koshinohana (saké), Les Fleuristes (centres de table), Macfly (impression menus), Malongo (café), Marie Luxe (poisson), Metro, Midipain-Petifour, Options (vaisselle), Orezza (eau), Panier des chefs, Prestige Seafood, The Rhône Gang (vins Château Pesquié et Château de Montfaucon), le photographe Frédéric Santos, le guitariste japonais Tobasei et le DJ Marc Yul Pinsonnat.

Dans les semaines à venir et tout au long de l’année, l’association a prévu d’organiser d’autres dîners d’exception à Cannes, Saint-Tropez, Monaco, Marseille, Paris…

Un site Internet sera bientôt opérationnel : Solidarité Chefs pour le Japon -