Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Rotterdam : voyage au cœur d’une ville qui n’est pas simplement un port...

Ville neuve, ville jeune, c’est aussi un paradis pour les architectes et les bâtisseurs.

Crédits:
textes par

Les Pays Bas. On pense d’abord à Amsterdam, la Venise du Nord, à La Haye où siège de nombreuses organisations internationales de premier plan. Plus rarement à Rotterdam pourtant 3ème plus grand port au monde. Il est vrai, qu’à moins d’être armateur, pilote de remorqueur ou marin, le port de Rotterdam, n’est pas forcement une destination qui vient à l’esprit pour y faire un séjour touristique ou pour y passer un week-end… romantique. Et pourtant, cette ville, neuve parce qu’elle a eu à renaître de ses cendres après avoir été en grande partie détruite par les Allemands pendant la guerre, est aussi une ville jeune, propre et « green ».

On l’aura compris, c’est une ville où il fait bon vivre. Le visiteur venu du Sud aura tout lieu d’apprécier ce charme discret, commun à d’autres villes des pays nordiques. De plus, le coût de la vie est raisonnable, surtout si l’on tient compte du caractère moderne et de la taille de la ville forte de 600 000 habitants. Et, ce qui n’est pas pour déplaire, les prix des locations et de l’immobilier sont parmi les plus bas du marché européen.

Il faut d’abord savoir que le centre de la ville est passablement éloigné des super tankers et des installations portuaires gigantesques qu’on apercevra par exemple du haut de la tour dont le restaurant panoramique de l’Euromast (185 mètres), domine la ville. Si cette proximité est la cause essentielle de la prospérité de la cité, elle n’est pas obsédante. On flâne sans souci le long du fleuve et de quelques canaux. On peut aussi profiter d’autres façons de la Nouvelle Meuse (Nieuwe Maas), affluent du Rhin. En prenant un Water taxi. Rapide et accessible, il permettra de passer d’une rive à l’autre et d’honorer par exemple un rendez-vous au bar de l’hôtel New-York. Un lieu pittoresque chargé d’histoire, près des anciens docks, où les Rotterdamois adorent se retrouver après leur journée de travail. Plus anecdotique mais les enfants adorent, une balade en bus amphibie proposée par la compagnie Splashtours… autre façon de voir le pont Érasme de près. Élégantissime, les habitants l’ont surnommé le « Cygne »…

La partie la plus touristique de Rotterdam, ses musées, son vieux port et ses quais aussi bien que son quartier commerçant et ses nombreux restaurants dont les 100 cuisines différentes illustrent la diversité ethnique qui caractérise la population, est très regroupée. Néanmoins l’achat d’une Welcome Card est conseillé. Elle fait office de sésame et permet de circuler ad libitum dans le métro, le tramway et donne droit à de nombreuses réductions dans les lieux de culture, de loisirs et de gastronomie.

Côté culture, la ville est bien dotée et les collections, souvent d’origine privée, reflètent la richesse de ses habitants qui se sont succédés au cours des 400 dernières années et ont fait de leur ville, le premier port européen. À commencer par la pièce maîtresse, le Musée Boijmans van Beuningen qui abrite des trésors, Bosch, Rembrandt, Van Gogh, Dali, Magritte… des sculptures, Maillot, Degas…, aussi une importante collection de dessins et d’œuvres graphiques (80 000), allant de Michel Ange à Picasso. Le Musée expose aussi des œuvres d’artistes modernes qui font débat. Ainsi deux salles sont actuellement occupées par des compositions de Win T. Schippers dont une contreversée « Peanut butter plateforme », à l’odeur enivrante… de beurre d’arachide.


Wim T. Schippers - The Peanut-Butter Platform

Maurizio Cattelan - Untitled, 2002

René Magritte - Portrait au miroir
© Attilio Maranzano © Hannah Anthonysz

Mais, ce qui place Rotterdam sur le devant de la scène, c’est son attachement à l’art-chitecture. Omniprésente, fascinante, c'est le choix assumée de la ville et de ses habitants pour cet art qui marie la technique, l’habileté et utilise le décors de la façon dont les gens ici veulent vivre. Musée à ciel ouvert, Rotterdam est un paradis pour les ingénieurs, les bâtisseurs, les planificateurs. Si les plans de la ville rebâtie et qui continue de se construire, sont mûrement définis, la diversité des bâtiments démontre une liberté d’expression étonnante et une imagination fertile. Se promener rive droite ou rive gauche du fleuve est un plaisir renouvelé. Les acrobaties, les audaces se multiplient, impressionnent et déconcertent. On en prend plein les yeux. Les maisons cubiques ou maisons arbres de Piet Blom, le Kunsthal conçu par Rem Koolhaas, les façades penchées ou décalées, en surplomb… la Red Apple, la Tour de Zuid, le Pegasustoren, l’Oosterbaken, le Blaak 555, le Montevideo… n'en finissent pas d'étonner le visiteur.

Quelques vieux gréements, un navire-phare accosté, la présence du paquebot SS Rotterdam II devant le bâtiment de la « Holland America line » converti en hôtel, ça et là une maison d’avant guerre, viennent en contrepoint, vestiges assumés d’un passé qui ne laisse personne indifférent. Témoignage de cet intérêt pour cet art de vivre et de construire, la visite de la Huis Sonneveld. Construite en 1933 par le cabinet Brinkman & Van der Vlucht, cette maison, son jardin, le mobilier et les gadgets installés, servent de la plus explicite manière les principes, très novateurs pour l’époque, optimisation de la lumière, de l'espace, de la couleur et importance de la fonctionnalité.

Autre exemple de cette riche palette culturelle, le Festival international du film de Rotterdam. Cette manifestation se déroule depuis 40 ans et met en avant les productions expérimentales et le cinéma indépendant. La prochaine édition aura lieu du 24 janvier au 5 février 2012… Cinéphiles azuréens, à vos agendas !

Au départ de l’aéroport de Nice, les Azuréens justement, sont bien placés pour s’y rendre. La compagnie Transavia propose cette destination avec, cet été, un vol quotidien. Juste un peu moins de deux heures de vol en Bœing 737 : une « pichinette » dont on peut profiter à bon compte si l’on prend la précaution de réserver à l’avance, avec des tarifs qui démarrent à partir de 64 € l’aller simple. La compagnie dessert aussi en vol direct et quotidien Amsterdam, sa destination historique, et Eindhoven, à un tarif similaire.

À l’heure où la mode des courts séjours et des week-end culturels ou festifs est de mise, l’expérience Rotterdam est définitivement à tenter !

Choix d’adresses :

-Le Bilderberg Park Hotel – Westersingel 70 – tel. 010 436 36 – construit en 1922 et complètement rénové, l’hôtel est idéalement situé près du cœur de la ville ;

-De Machinist - Willem Buytewechstraat 45 - tel. 010 477 57 00 –

-Hotel Bazar – Witte de Withstraat 16 – tel. 010 – 206 51 51 – Ce restaurant chaleureux et festif propose principalement des plats d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient ;

-De Unie – Mauritsweg 34-35 – tel. 010 411 11 11 – ce plaisant café restaurant donne un aperçu d’un style de vie et de menus prisés par les Rotterdamois ;

-Blender - Schiedamse Vest 91-93 – tel. 010 404 80 70 – un bar restaurant de nuit très fréquenté par les plus de 25 ans… ; sa carte est d’un excellent niveau ;

-le Musée hollandaise de la photographie – outre ses collections et ses archives, il organise avec régularité des expositions des plus importants artistes contemporains ;

-l’Office de tourisme de Rotterdam – pour tout ce que vous voulez savoir sur la ville et le reste…

  • Transavia est l’une des 57 compagnies qui offrent 104 destinations en vol direct, au départ de l’aéroport Nice-Côte d’Azur. Elle favorise les réservations en ligne ou auprès du centre d’appel au 0892 058 888. Il est possible aussi, à partir du site Internet de la compagnie d’acheter à des prix préférentiels, des entrées ou des passes permettant d’accéder aux musées et théâtres…