Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Alpes-Maritimes : « Cartes sur table, pour une compétitivité équitable »...

Crédits:
autre

Explication de texte de l’Union pour l’entreprise départementale, l’UPE 06, à propos de la PME attitude prônée par la présidente du MEDEF, Laurence Parisot.

En février dernier, la présidente du MEDEF présentait à la presse une analyse sur la situation des entreprises françaises et dénonçait une compétitivité rendue difficile par les contraintes de plus en plus lourdes qui pèsent sur elles dans le contexte européen et mondial. Laurence Parisot invitait aussi à la prise de conscience et au débat :

« Nos entreprises, disait-elle, n’ont pas les mêmes chances que les autres. Le taux de charge qui pèse sur elles est plus élevé que presque partout ailleurs et par conséquent leur taux de marge est plus faible que presque partout ailleurs. Tout doit être passé en revue : de la formation initiale à notre système de protection sociale, de la recherche au fonctionnement de l’Etat et au développement des TPE, PME et ETI.

Les progrès accomplis ces dernières années sont réels mais, face à la force de notre partenaire principal l’Allemagne ou à la vitesse de transformation des pays émergents, ils sont insuffisants.

La compétitivité sera équitable parce que chaque acteur adoptera la PME attitude ; parce que l’investissement dans les nouveaux secteurs porteurs permettra de créer des emplois nouveaux, parce que nos chefs d’entreprise sauront mettre l’homme au cœur de tous nos projets. Au service de cette ambition l’Europe est un atout unique et extraordinaire. Avec elle nous pouvons construire un modèle de croissance équitable, inclusif, et qui in fine permettra l’élévation du niveau de vie de chacun. »

 
  • de gauche à droite : Philippe Renaudi, Bruno Valentin, Jean-Olivier Gourdon, Yvon Grosso -

À peine un mois plus tard, Yvon Grosso, président du Medef 06 et de l’UPE 06, ainsi que Bruno Valentin, son vice-président, invitaient la presse et les entrepreneurs à faire le point. Ils avaient convié deux chefs d’entreprises du département, Philippe Renaudi et Jean-Olivier Gourdon à… abattre leurs cartes.

Ainsi, Philippe Renaudi, président de TAMA, une des rares entreprises indépendantes de plus de 100 personnes dans le secteur des travaux publics dans les Alpes-Maritimes, évoqua le coût du travail et la concurrence des entreprises étrangères. Plus tard, ce fut au tour de Jean-Olivier Gourdon, directeur général adjoint de Payan Bertrand, société de matières premières aromatiques à Grasse, qui réalise 90% de son chiffre d’affaires dans 60 pays du monde, de situer son entreprise dans le contexte de la compétitivité à l’international.

Tout deux, à travers leur bilan et leur diagnostic, ont lancé des pistes de travail et enrichi le débat à venir dans la perspective de la prochaine la campagne pour l’élection présidentielle. Quel avenir pour nos entreprises, jusqu’où peuvent-elles aller en matière de social ? Chacun se doit de réfléchir et d’apporter au sein des structures associatives, corporatives, institutionnelles, dont il dépend ou dont il fait partie, sa contribution.