Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Nice : Bilan du Carnaval 2011

Crédits:
autre

Cannes a son Festival, Nice son Carnaval, Menton ses citrons, Tourettes-sur-loup ses violettes... Pour chacune de ces villes, la réussite de leurs manifestations compte beaucoup, d’elles dépendent en grande partie l’impact médiatique sur le grand public et contribuent à remplir le tiroir caisse des entreprises locales.

 - photo CRT -

L’heure du bilan avait sonné et l’autre jour, les organisateurs du Carnaval de Nice faisaient leurs comptes. Et ils sont bons. Dans un contexte plutôt morose (le temps ne fut pas toujours de la partie…), 184.140 tickets ont été émis pour cette édition contre un peu plus de 152.000 l’an passé soit une augmentation de plus de 10 %. Cela en tenant compte que la bataille de fleurs avait dû être annulée en 2010.

La recette est, elle aussi, en augmentation : 2.338.400 € contre 1.970.500 € en 2010 soit plus de 8 % de hausse. La fréquentation de toutes les manifestations liées au Carnaval, de la sortie du Roi et jusqu’à son incinération, aura été très importante, autour de 600.000. Quant à l’affluence globale, sur Nice et la Côte d’Azur, elle est estimée à plus d’un million de visiteurs durant la période.

Les commandes de places individuelles (63 %) sont toujours très majoritaires, par rapport aux groupes (37 %). L’éventail des pays touche, aujourd’hui, les 5 continents avec une quarantaine de provenances… La réservation en ligne constitue plus du tiers (38 %) des opérations en terme de recettes enregistrées à la billetterie, une progression constante.

Le budget global du Carnaval est de l’ordre de 6,8 millions €. Les retombées économiques directes et indirectes sur la ville -restauration, hébergement, transports, shopping et autres loisirs - sont estimées par les organisateurs entre 30 et 35 millions €.

Cet élan économique se traduit aussi en terme d’emplois. Ainsi, dès les préparatifs comme durant la manifestation, 1.800 personnes travaillent au bon déroulement de la fête. À ce chiffre s’ajoutent près de 1.400 artistes d’art de rue qui animent les cortèges.

Les hôteliers annoncent, eux, une augmentation de l’ordre de 10 à 14 % sur l’ensemble de la période. L’Office du Tourisme et des Congrès, quant à lui, contribue aussi à l’activité hôtelière avec près de 5.500 nuitées induites. Vingt trois aubades et charivaris ont été organisés avec la collaboration des directions des territoires, de la DAAL, des CAL, Centres Loisirs-Jeunes, et de nombreuses associations qui ont ainsi créé de réelles animations dans la ville. Les expositions autour du Carnaval ont été le complément culturel indissociable d’une manifestation patrimoniale. Les 60 troupes d’art de rue, venues de 8 pays, consolident la référence qu’est le Carnaval pour les prestations déambulatoires ; 44 compagnies professionnelles, 16 troupes amateurs et 5 ensembles locaux ont enrichi les cortèges. La Brigade d’Animation Tribunes, créée pour la période et composée de 60 professionnels et amateurs, à part égale, se révèle être une synergie de talents indispensable à l’ambiance des parades.

  • l’année prochaine, le Carnaval se tiendra du 17 février au 4 mars, avec comme pays invité la Grande-Bretagne et pour thème le « Sport » -