Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Côte d’Azur : le palmier menacé.

Crédits:
autre

Devenu un des emblèmes de notre littoral, sa Palme d’or est décernée aux meilleurs films présentés à Cannes.

Après avoir infesté 5 départements du Sud de la France, le Charançon Rouge des Palmiers s’est attaqué pour la première fois au littoral azuréen en septembre 2009, à Antibes. Il fait courir, d’après les spécialistes, un risque réel pour la pérennité de cette essence végétale dans notre région. Ce qui, il faut l’avouer, changerait profondément le paysage de la région et même méditerranéen. Des milliers d’arbres sont donc en danger.

 

Nice semble être la ville qui a eu, à ce sujet, le plus de réactivité. Face à cette urgence phytosanitaire, elle a initié dans le cadre élargie de l’intercommunalité, une stratégie innovante qui utilise les meilleures armes possibles contre ce nuisible.

Le Maire de Nice et Président de Nice Côte d’Azur a ainsi œuvré avec le Ministère de l’Agriculture pour faire évoluer la réglementation et obtenir la reconnaissance d’une méthode de lutte intégrée. Cette dynamique est coordonnée par un comité de pilotage, le COPIL CRP 06, présidé par Christian Estrosi, représenté par le 1er Adjoint au Maire, Benoit Kandel, au sein duquel siègent toutes les communes du littoral y compris Monaco dans une action solidaire de protection du patrimoine végétal azuréen.

Grâce à ces évolutions, l’abattage des palmiers atteints n’est plus systématique et les traitements préconisés laissent une large place aux produits de lutte biologique. Il existe ainsi des outils réglementaires appropriés à une situation d’urgence qui s’appliquent à tout propriétaire de palmiers, public ou privé.

La Ville de Nice est mobilisée depuis 2 ans dans la perspective de l’arrivée quasi inéluctable de ce ravageur pour lequel un dispositif intercommunal de lutte stratégique a été préparé. Le mois dernier, un palmier Phœnix canariensis, infesté par le Charançon rouge a été détecté, square Alicante. Le jour même et compte tenu de l’état d’infestation du palmier, les services ont dû procédé à l’abattage et l’évacuation du palmier selon le protocole prévu.

La présence d’un foyer sur la commune de Nice est le signal déclencheur du passage à un niveau d’alerte supérieur. Il requiert un plus grande vigilance et la mobilisation active de tous les propriétaires privés de palmiers, qui ont obligations de surveillance, de lutte et de déclaration d’infestation auprès de la Mairie et du SRAL 06 (Service Régional de l’Alimentation). Ces obligations sont précisées dans l’arrêté municipal du 8 février 2011, affiché en mairie et accessible sur le site de la ville : www.nice.fr.

La réserve civile et citoyenne a été mobilisée pour effectuer le travail de surveillance du territoire et aider les propriétaires privés dans cette démarche, afin de pouvoir détecter dans les meilleurs délais toute nouvelle infestation par le Charançon Rouge sur l’ensemble de la commune.

  • une prochaine réunion du COPIL CRP 06, est prévue le 28 février, présentée par le 1er Adjoint au Maire et suivi d’un point presse.