Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Alpes-Maritimes : réaction d’Éric Ciotti au sujet du recours d’André Aschieri

Crédits:
textes par

contre le Plan d’Élimination des Déchets Ménagers et Assimilés et le Sivades.

En déposant un recours contre le Plan d’Élimination des Déchets Ménagers et Assimilés et le Sivades, le maire de Mouans-Sartoux, André Aschieri, a provoqué l’étonnement et l’ire du président du Conseil général des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti. Ce dernier n’en revient pas. Comment un maire et Conseiller régional, étiqueté « écolo », peut-il être contre la valorisation énergétique des déchets ? Il lui semble que le bouchon a été là poussé un peu loin. Il lui parait même voir une apparente contradiction dans le fait que les déchets de la commune de Mouans-Sartoux soient acheminés à l’incinérateur d’Antibes dont une des caractéristiques bien connue consiste à brûler les déchets. Et puisqu'ils sont brulés, pourquoi ne pas en récupérer les calories ? Un manque apparent de logique qui conduit Éric Ciotti à déclarer :

« Si M. Aschieri n’est motivé, à la veille des élections, que par une médiocre politique politicienne, en toute cohérence, il va faire en sorte que sa commune arrête d’éliminer ses déchets à l’incinérateur d’Antibes. Le Maire de Mouans-Sartoux incinère sans scrupule ses déchets, et il a raison car c’est sans aucun danger. Le politicien critique l’incinération pour en faire un sujet électoral. Cherchez l’erreur ! Ce n’est pas très sérieux de la part de M. Aschieri, donneur de leçons professionnel. Qu’il mette enfin ses paroles en accord avec ses actes. »

Évidemment, le retrait de Mouans-Sartoux, présenterait quelques avantages. Il soulagerait les installations de quelques milliers de tonnes de déchets, d'où moins de fumées aussi rejetées dans l’atmosphère. Voilà ce qui ne déplairait pas aux habitants du voisinage qui n’applaudissent pas toujours à deux mains, de loger si prés de ce type d’installation… Mais quid des déchets ménagers et autres, car il faut bien en faire quelque chose, n'est-ce pas, et les écologistes n’ont pas encore trouvé de solutions miracles surtout dans l'environnement économique qui est le notre et qui trouve de bonnes raisons de continuer à promouvoir à outrance les emballages. Si beaux, si bio et si présumés recyclables soient-ils, ils sont dans nos sociétés, une de nos principales sources de déchets.

Cette réaction courroucée du président du Conseil général des Alpes-Maritimes surprend dans la mesure où elle est inhabituelle. Le maire de Mouans-Sartoux bénéficie d'un statut particulier. Il a su cultiver une image d'homme politique irréprochable, dévoué pour sa commune et pour ses causes, qui le met assez systématiquement à l'abri des critiques des médias ainsi que des politiques, y compris ceux de droite.