Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Côte d’azur : passage de témoin 2011 2012...

Les hôteliers du pays niçois dressent le bilan provisoire de leur saison.


- les baies de Villefranche-sur-mer et de Saint-Jean Cap-Ferrat, au premier plan le village d'Eze -

Pour leur président, Michel Tschann, 2011 aura marqué une progression par rapport à 2010 et ce malgré la crise : « Nous avons probablement bénéficié d’un contexte géo politique favorable à notre Côte d’azur, mais qui souligne l’utilité des efforts entrepris depuis quelques années, notamment pour la sécurité. Par contre, si ce Réveillon du 31 décembre sera comme toujours italien, il reste encore beaucoup de chambres quelques jours avant, et nous aurons donc un réveillon moins fréquenté, probablement du fait des mesures d’austérité prises en Italie. Nos hôtels de montagne, après une semaine de Noël très calme, sont au complet pour la deuxième semaine de vacances, grâce à la neige de culture.

L’année 2012 se présente bien pour l’instant, sauf impact de la crise financière, avec des points positifs : la sécurité des biens et des personnes, mais aussi alimentaire, des congrès dans un Acropolis rénové, une baisse probable de l’Euro (sans souhaiter évidemment sa disparition), une LGV qui semble se dessiner au moins dans notre département avec une liaison vers l’Italie, beaucoup d’événements sportifs et culturels…

Par contre des points négatifs comme la hausse de la taxe de séjour intervenue en novembre 2011, la hausse de la TVA qu’il sera souvent difficile de répercuter à nos clients, la persistance en tous cas en Europe d’un climat de morosité qui incite à une grande prudence notamment au niveau des embauches… »

Le président du Syndicat des Hôteliers Nice Côte d’Azur profite de l’occasion pour tracer pour les professionnels du tourisme quelques lignes directrices pour l’année à venir : « accélérer la démarche environnementale de nos hôtels, continuer à œuvrer pour l'aboutissement des grands projets, notamment la LGV entre Espagne et Italie, essayer de mettre en avant les réalités économiques de notre industrie, son impact sur le chiffre d’affaires du département et l’emploi, favoriser le développement de manifestations sportives et culturelles, inciter au regroupement d’actions de nos institutionnels pour promouvoir ensemble la Côte d’Azur sans rivalités de clochers et surtout prendre soin de nos clients pour qu'ils soient satisfaits et heureux de partager quelques moments avec nous. » CQFDire !