Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Var : les stars cuisinent à Sainte-Maxime...

Crédits:
autre

C’était dans le cadre du Salon du Goût,du 13 au 16 octobre, créé il y a 17 ans par Michel Hébréard et dont la Ville de Sainte Maxime, via son Association Saveurs et Terroirs de Provence, a pris en charge l’organisation, que s’est tenu ce concours atypique : Stars en Cuisine.

  • de gauche à droite, S.Wahid et R.Hampton, F.Gélin et N.Donkele, M.Sarran et J.Piétri, D.Zentout et M.Roth, L.Gourion et C.Bacquié, S.Raimbault et C.Aigon -

Côté salon, avec quelques 35 exposants installés sur le port, la réussite était totale : on pouvait à peine marcher dans les allées ! Il y a 12 ans, Gui Gedda, chantre de la cuisine provençale, a eu l’idée de terminer en apothéose ce salon, avec un concours réunissant les stars des cuisines et du spectacle, dont le jury est essentiellement composé de journalistes gastronomiques. Délibérément, la décision fut prise d’organiser le concours le dernier jour du salon, comme une « mise en bouche » à la veille de la Semaine du Goût.

On peut dire que l’organisation est remarquable. Vu l’éloignement de certaines stars, il fallait se retrouver la veille, le samedi 15 octobre. Cette initiative est d’autant plus judicieuse qu’elle permet aux différents intervenants de faire connaissance. On se retrouve tous en fin de journée à l’Hostellerie de la Belle Aurore, Châteaux et Hôtels Collection 4 étoiles, pour prendre possession des chambres. Le cadre, pieds dans l’eau, est enchanteur, le temps magnifique, et les chambres avec balcon donnent directement sur la piscine et la mer (20 chambres à partir de 165 €, avec vue mer). Histoire de se mettre dans le bain, nous partons tous (chefs, stars, membres du jury et personnalités locales) dîner au Logis du Guetteur, aux Arcs-sur-Argens : apéritif pris sur la terrasse, avec le Champagne Nicolas Feuillate et le Caviar d’Aquitaine Sturia (1er producteur français) en partenaires. Dans son « repaire médiéval » qui domine tout le village, Max Callegari a créé un menu « terroir » en hommage à la cuisine de Gui Gedda, et ce fut une sacré réussite : soupe au pistou, pied de cochon en palet, baudroie au four, carré d’agneau aux herbes, buchette de chèvre aux truffes, tarte aux pignons et crème glacée à la fève Tonka. À l’issue de la soirée, les comédiennes ont tiré au sort leur chef partenaire pour le lendemain après-midi.

Quartier libre le lendemain matin, avec baignades et bains de soleil au menu. Le déjeuner se passe dans les jardins de l’Hôtel Monfleuri, un peu plus loin, et « les couples se forment ». Cette année, tous les chefs sont bi étoilés et les stars, des femmes. Sur le thème du Caviar, accompagné de champagne, les chefs ont rivalisé d’imagination et ont fait explosé leur talent, assidument soutenus par leurs compagnes qui ont pris leur rôle très à cœur et ont fait preuve de beaucoup de compétence. C’est ainsi que la charmante actrice de « Plus Belle la Vie », Rébecca Hampton faisait équipe avec Sylvestre Wahid (l’Oustau aux Baux de Provence) pour confectionner trois belles quenelles de caviar, sur toast au saumon fumé, saumon mariné façon gravelax et glace au citron et à la vodka. La comédienne Fiona Gelin était aux côtés d’Arnaud Donkele (La Pinède de St Tropez) pour préparer, en chaud et froid, un saint-pierre mariné au caviar et une langouste de Méditerranée au caviar sur une émulsion de jus iodé aux salicornes. La jeune animatrice de télévision, Carine Aigon et Stéphane Raimbault (L’Oasis à Mandelieu) ont confectionné un œuf d’anthologie : l’œuf bio mi-coque, mi brouillé au caviar d’Aquitaine accompagné de bâtonnets de panini à la mimolette et saumon fumé.

- les coupoles se sont formés… en tout bien tout honneur -

L’emblématique chanteuse, icône des années 80, Julie Pietri a assisté Michel Sarran (Toulouse), pour réaliser une séquence intitulée « l’œuf et la poule au caviar », où blanc et jaune ont été séparés, le jaune d’œuf au milieu d’une crème de blanc d’œuf au caviar et le blanc de poulet contenant un jaune au lait de coco, caviar et patate douce sur un bouillon de jus de viande aux algues. La toute jeune comédienne, Lubna Gourion, était avec Christophe Bacquié (Le Monte Cristo au Castellet) pour réaliser deux sashimis de Saint Pierre au Combawa sur une fine gelée d’agrume et caviar. C’est avec la délicieuse comédienne Delphine Zentout, aux faux airs de Demi Moore dans sa prime jeunesse, que Michel Roth (Le Ritz à Paris) a sublimé des coquilles Saint Jacques, en préparations froide et chaude : tartare de Saint Jacques, coques et vernis et caviar aux petits légumes croquants et chaussons de Saint Jacques snackés fourrés de caviar sur une crème Dubarry.

Une belle histoire en six épisodes de bonheurs gourmands qui a placé, gastronomiquement à l’unanimité, les compétiteurs ex aequo, après délibérations. C’est à l’apéritif que chacun s’est vu décerné sa coupe avant que le chef de La Belle Aurore, Jérôme Zuéras (un ancien de Michel Sarran) ne régale une assistance de connaisseurs avec une galette de cèpes crus et son ragoût aux noix, un millefeuille de foie gras grillé aux figues et caramel au Porto, une sole grillée sous une viennoise au parmesan et citron accompagnée d’une barigoule d’artichauts violets à l’estragon… Que de bonheur, un peu de nostalgie en se quittant, et le désire de se retrouver l’année prochaine !

Brigitte Brunot – photo Patrick Flet