Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Cannes : Taïwan présente son industrie musicale au Midem

Crédits:
textes par

et en profite pour promouvoir sa démocratie, forte de 175 partis politiques...

  • de gauche à droite : Pascal D.K Liu, Directeur du service information Ambassade de Taiwan en France à Paris ; Tsu-Tsu Wu, Président de l'Association pour la Propriété intellectuelle et musicale à Taiwan (droits d'auteurs) ; Michel Ching-Iong Lu, Ambassadeur de Taiwan en France ; Stephen C. Chang, Directeur du département Publications au Ministère de l'Information de Taiwan -

La délégation taiwanaise a pris l’habitude de prendre ses quartiers cannois durant le Midem. Cela dure depuis 20 ans d’ailleurs. Elle y est à l’aise et les autorités qui représentent cette île qui se veut être à elle seule un pays, en profitent pour rejoindre les artistes et les journalistes taiwanais venus faire ici leur promotion et leur Marché pour ce festival international de l’industrie musicale, le plus important au monde dans ce domaine.

Tout ce monde-là s’était réuni au Jardin de Bambou pour le traditionnel déjeuner de presse offert aux journalistes spécialisés par l’ambassadeur de cette petite île rebelle qui est présente à Cannes pour le Midem et aussi le Festival du film. Ambiance conviviale au possible grâce en grande partie à l’aisance dans la langue de Molière de l’ambassadeur taiwanais qui rappela au passage que son pays n’avait plus de complexe vis-à-vis de la Grande Chine et qu’il existait « une totale liberté d’expression et de création ». Autre élément significatif, l'île possède les moyens techniques et humains pour une création musicale et cinématographique de qualité, ce qui en fait un point de départ obligé pour tous les artistes de la communauté chinoise et… taiwanaise.

Pour ce Midem 2011, trois groupes musicaux d’inspirations et de styles différents étaient présents. Suming qui représentait la culture aborigène, un enracinement que les responsables taiwanais ne veulent pas perdre car il n’en reste plus que 4000 sur l’île. Deserts Chang (accompagnée par le groupe Algae) est la première auteure de la musique indie à Taïwan. Le groupe 1976 est composé, lui, de garçons tous nés cette année-là. Ils jouent un rock inspiré par celui joué en Angleterre dans les années 80 comme New Order ou The Cure.

- la chanteuse Deserts Chang -

Comme le faisait remarquer le journaliste niçois Philippe Dejardin, sitôt le Midem terminé, il s’agit, pour la délégation taiwanaise à Paris (dont il est un peu le cornac sur la Côte d'Azur) de préparer le Festival du Film qui a lieu en mai. C’est un autre temps fort qu’elle ne manque jamais, depuis 12 ans du moins. En 2009, elle était fière de compter une représentante de son pays, Shu Qi, dans le jury de la sélection officielle ainsi que de deux réalisateurs dans la compétition avec Ang Lee, Talking about Woodstock et Tsai Ming-Liang, Visage. Absente dans les sélections en 2010, Taïwan sera, avec ou sans film sélectionné, de la fête cannoise. Avec l’annonce qui avait été faite en 2009 d’un investissement de plus de 600 M US $ en 2009 pour les 5 ans à venir afin de développer le cinéma, l’industrie musicale et la télévision, il est clair que le Festival de Cannes est une étape essentielle pour la mise en œuvre de cette politique.