Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Cannes garde son Festival du film.

Crédits:
textes par

Un nouvel accord de partenariat d’une durée de cinq ans vient d’être signé entre l’organisation parisienne et la Ville à travers son délégataire, la SEMEC.

- le Palais, à l'ombre du Festival…

Pour le « vulgus pekin », c’est du Chinois. Comment, le Festival de Cannes n’est pas cannois et a besoin de l’accord d’une association sise à Paris pour exister ! C’est une longue histoire sur laquelle nous nous pencherons une autre fois. Le fait est là et les Cannois et plus généralement tous les cinéphiles e France et de Navarre, peuvent se réjouir. Pour cinq ans encore, le Festival aura bien lieu à Cannes ! Ainsi en ont décidé le président de l’Association Française du Festival International du Film (AFFIF), l’inamovible Gilles Jacob et le président du Palais des Festivals et des Congrès de Cannes (SEMEC), David Lisnard.

Cet accord de partenariat vient en complément du protocole signé par la Ville de Cannes et l’AFFIF en 2006, pour une période de dix ans et dans le cadre du renouvellement de la Délégation de Service Public attribuée à la SEMEC par la Ville en décembre dernier. Il reconnaît le caractère d’intérêt général de la manifestation « Festival de Cannes » et fixe les droits et les engagements respectifs de chacun.

Il est vrai comme l'indiquait le communiqué de presse que le Festival, par son importance et sa renommée mondiale, a concouru depuis sa création à la prospérité, au rayonnement et à la promotion de la ville. Que cette dernière bénéficie ainsi de retombées économiques, certaines quantifiables, d’autres non. Depuis 1946, ce rendez-vous des professionnels du cinéma, des média et de tous les cinéphiles, est devenu incontournable. Il transforme la ville durant une petite quinzaine par an, en capitale du cinéma et devient une référence culturelle mondiale avec 125 000 visiteurs dont 30 000 professionnels accrédités et 4 500 journalistes.

David Lisnard soulignait à cette occasion la portée planétaire de l’évènement tandis que Gilles Jacob se félicitait « de la haute compétence des dirigeants et des équipes du Palais, leur réactivité, leur écoute et surtout la reconnaissance de la primauté de notre manifestation sur toutes celles que le Palais accueille tout au long de l’année. »

Détails de l’accord :

  • pour la SEMEC cet accord est concrétisé par la mise à disposition et la garantie de la totalité des espaces du Palais des Festivals et des Congrès en mai, soit les 12 jours d’événements et 13 jours de montage et démontage ; la réalisation des travaux d’embellissement, de modernisation et de mise en conformité du bâtiment ainsi que l’agrandissement du Grand Auditorium pour accueillir dans de meilleures conditions la manifestation, d’ici le Festival 2013 ; l’assurance de supporter le surcroît d’activité et inconvénients liés aux travaux ; la mise en œuvre des ressources techniques, logistiques et moyens en personnel associés à l’événement.
  • pour l’AFIF il se matérialise par l’engagement de poursuivre l’organisation du Festival de Cannes et de son marché international, tous les ans à Cannes ; l’association s’interdit d’organiser ailleurs tout festival ou manifestation à caractère cinématographique susceptible de faire concurrence à la manifestation cannoise ; elle consultera en priorité les services de la SEMEC pour assurer les prestations d’aménagement, de sécurité, signalétique, logistique ; l’Association s’engage à respecter et à faire respecter les exigences environnementales, sociales et économiques en participant à l’amélioration des conditions de sécurité et de santé au travail définis dans le cadre de la triple certification ISO (Qualité/Sécurité/Environnement) du Palais des Festivals et des Congrès.
  • Retombées économiques 2009, selon la ville : 194.653.000 € ; 3.200 emplois et 94.500 nuitées dans le bassin cannois, représentant plus de 10% de la fréquentation touristique annuelle.